AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kanra ~ This is How I Rule The World. [Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kanra Mikado

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 22
Localisation : 67
Emploi : Lycéenne
Loisirs : Dessin
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Age: 23 ans.
Situation personnelle: Amoureux(se)
Sort avec: De ma clope °w°

MessageSujet: Kanra ~ This is How I Rule The World. [Terminé]   Sam 23 Juin - 21:02


Humpf. Kanra Mikado.

« Nobody can stop God. »



▬Nom&Prénom: Kanra Mikado.
▬ Âge: 23 ans.
▬ Statut Civil: Informatrice.
▬ Lieu de naissance: Dans un des quartiers populaires de Tokyo in Japan.
▬ Groupe: Civil.




Caractère:



In Wonderland ~ Bienvenue dans le monde fabuleux de Kanra.

So would you tell me now ? In a dance hall reggae I, would you watcha di test i give you big Boy contest now ?
Mesdames messieurs, bonjour/bonsoir, tout dépend de l'heure à laquelle vous nous lisez. Je suis heureux de pouvoir partager avec vous ces quelques instants en compagnie de notre invitée. Je vous prie d'accueillir et d'applaudir chaleureusement celle qui anime les rues de notre ville et celles du monde entier : Kanra Mikado ! Bien, mademoiselle Mikado, c'est un honneur pour moi de vous avoir avec nous sur ce plateau et je suis ravi de partager ces quelques minutes en votre compagnie pour apprendre à mieux vous connaître. Ce soir, il n'y a pas de faux. Je vous demande de jouer franc jeu afin que les spectateurs et moi-même puissions découvrir la vraie Kanra. Nous allons à présent commencer une suite de questions/réponses auxquelles je vous demande de répondre le plus franchement possible. Bien, c'est parti !

Vous vous appelez bien Kanra Mikado ?

"Ouch.. Tu commences fort, tu n'fais pas les choses à moitié toi. Nan sérieux, t'as pas réussi à trouver mieux comme question ? C'est débile. Mais bon, je m'attendais à c'que le niveau ne soit pas très élevé en venant ici. Donc oui, je me nomme effectivement Kanra Mikado. Comme les mikados qu'on bouffe. Je n'veux aucun commentaire là d'ssus, j'ai déjà eu droit à toutes les blagues débiles sur mon nom et le prochain qui relance le sujet je lui promets une mort lente et douloureuse. Et le pire ! C'est que j'y suis accrocs à ces conneries. Impossible de m'en passer, j'me balade toujours avec un paquet dans mes poches. Il fait la causette à mes clopes."

La gourmandise quel vilain défaut... Mais si j'ai bien compris, vous fumez c'est bien cela ?

"Nan mes clopes moi j'les bouffe. C'est quoi cette question à la con ? Non, franchement, tes questions, tu les trouves en cadeau surprise dans les happy-meal ou... Ça s'passe ? Winston. Ouais je sais, la plupart des gens les trouvent trop dégueu. Mais moi j'aime bien. Allez savoir pourquoi hein. Et puis j'ai une sorte de lubie sur les briquets. Ouais je sais, c'est chelou. J'dois bien en avoir plus d'une vingtaine chez moi pourtant à chaque fois que j'en vois un qui en jette, j'peux pas m'empêcher de l'acheter ! Si je n'ai pas au moins trois briquets différents sur moi je deviens dingue. Mais vraiment dingue, un vrai tigre en cage. Tu vois l'genre ? C'est un truc de fou. Mes poches sont vraiment bien remplies... Il y a encore un autre squatteur dans celles-ci d'ailleurs. Mais vous pouvez toujours aller vous faire mettre pour que j'vous dise quoi."

Justement j'ai mené ma petite enquête et une question me brûle les lèvres depuis le début de notre échange... Est-ce vrai que vous avez toujours sur vous... Un poignard ?

" Oh le fourbe ! Bien joué. Bon, de toute manière je suis découverte. Hé bien... Oui. Toujours un poignard sur moi. Dans la poche intérieure de ma veste plus précisément. Depuis toute petite il y a toujours eu une sorte de good feeling entre les objets tranchants/pointus et moi. Je ne saurais vous expliquer pourquoi, c'est comme ça c'est tout. Quoi qu'il en soit ce poignard est comme mon meilleur ami. Je l'ai baptisé Bob. Le premier qui rit je l'éventre et lui sors tous ses boyaux. Je suis plutôt agile de mes doigts, à tous les sens du terme. Ce poignard est comme la continuité de mon bras, le manier n'est donc qu'une partie de plaisir. Ne me regardez pas avec ces gros yeux-là. On se croirait dans la pub pour les minis BN. Sans le sourire de constipé. C'est vrai que j'ai un côté légèrement psychopathe. Je ne le nierais pas. Mais n'est-il pas fascinant ? Bon d'accord, j'arrête, je n'arrange pas mon cas. Même si ça me convient très bien d'être comme je suis. C'est fou comme j'me keaf ♥"

Humpf... Continuons. A vos précédentes réponses je vois que vous avez un caractère plutôt bien trempé, aie-je tord ?

"C'est quoi cette réaction ? C'est toi qui m'a demandé d'être franche je te rappelle, alors maintenant que je le suis, ne vient pas râler. Oui, oui et oui. J'ai un caractère bien trempé ? Non de merde. Je n'ai pas le choix. Si je n'avais pas de la repartie je ne pourrais pas survivre dans le monde dans lequel je vis. Toi par exemple, tu serais déjà crevé depuis longtemps. Après chacun sa spécialité hein. Tout est dans l'image que l'on renvoie aux autres. La clé de la réussite est dans une confiance en soi sans faille et dans la capacité à se montrer plus intelligent et calculateur que n'importe qui. Une simple petite erreur et tu n'es plus qu'un nom pixelisé sur un écran d'ordinateur. Il ne faut pas avoir peur de se salir les mains et posséder une réactivité qui est de l'échelle du millième de seconde. Mon poignard est en réalité beaucoup plus que mon meilleur ami. C'est mon sauveur. C'est pour cela que c'est la dernière chose dont je voudrais me séparer. Quitte à clamcer, j'le ferais le poignard à la main. Je suis prise au piège de ma propre activité."

Après un tel discours je ne peux que poser une seule question : mais quelle est votre profession ?

"Haha, je l'attendais celle-là. Je suis ce qui peut être qualifié d'informatrice. Je ne sais pas si cette profession existe réellement, mais c'est c'qui me permet de vivre. C'est très simple, je dois en permanence être au courant de tout. La plupart du temps je me retrouve dans des trafics pas très clairs. Mais je ne me pose pas de questions, je ne fais que ce que l'on me demande. Je suis presque une sorte de coursier en fait. Si vous avez besoin d'un renseignement quelconque c'est à moi qu'il faut s'adresser. Vous voulez vous sortir d'une galère et vous ne savez pas comment faire ? Je suis celle qu'il vous faut. Et je suis aussi très certainement celle qui est derrière votre malheur. Je ne peux pas m'en empêcher, il faut toujours que d'une manière ou d'une autre je tire les ficelles. Foutre les autres dans des situations pas possibles, c'est mon dada."

Intéressant. Passons à des questions plus générales. Qu'est-ce que vous aimez ?

"Les humains. J'aime l'humanité. Et je l'aime tellement, que je veux tout savoir d'elle. Je ne supporte pas de rester dans l'ignorance. Comme s'il y avait un vide à l'intérieur de moi et que je cherchais à le remplir d'informations. Je crois qu'à force de trainer dans les rues et de m'abandonner à la facilité dans l'illégalité je me suis perdue. Oh je sais très bien qui je suis, j'ai une carte d'identité. Mais une réelle identité ne se résume pas qu'à un bout de plastique. Il n'y a pas de mal à être un enfant perdu. Il n'y a pas de mal à se chercher. Il n'y a pas de mal à vouloir vivre. Je crois bien que d'une certaine manière j'essaye juste de me débattre comme je peux et de satisfaire mon irrépressible envie de vivre."

Un enfant vous dites ?

"Oui, malgré mes 23 ans j'ai gardé une âme d'enfant. Ou plutôt les manières d'un gosse capricieux qui ne sait pas ce qu'il veut. C'est gênant à avouer, mais ce côté chez moi est très présent. Je fais des crises de gaminerie aigu à tout moment. Je crois que d'une certaine façon, j'ai oublié de grandir. Tu veux bien être ma maman ?♥"



Physique:



It's Nice To See You Again ~ Wohowoho !

<< Kanra... Mikado, vous dites ? J'sais pas trop ça m'dis trop rien... Ha si ! Attendez ! Je vois maintenant. C'est pas la nana qui ressemble à un chat ? Si si c'est elle. Nan attendez, j'me suis mal exprimé. Elle ressemble à un chat, mais pas physiquement hein. Tout se trouve plutôt dans sa manière d'être, enfin, dans sa démarche surtout. Quand on la voit arriver de loin, on hallucine grave. C'est à peine si on l'entend se déplacer. C'est un truc de malade j'vous jure. C'est pour ça qu'elle fout toujours la trouille à tout le monde, on l'entend jamais venir ! J'vois pas comment j'ai pu ne pas percuter tout de suite en entendant son nom. Vous voyez, c'est le genre de personne qu'on oublie pas. Par contre, si vous la croisez, ne lui dites pas que je ne savais plus qui elle était, je tiens à la vie. >>

<< Nom et prénom : Kanra Mikado.
Age : 23 ans.
Date de naissance : 22 juin 1989.
Groupe sanguin : O positif.
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Taille : 1m63
Poids : 53 Kg.
Pointure : 36.
Taille du bonnet : 95 B.
Taille de des jeans : 37. >>
(Analyse d'un stalker)

<< Ha oui, Kanra. Quelle garce. Franchement j'vois pas ce que vous lui trouvez tous à celle-là. Elle n'a rien de spécial ! Et en plus j'ai plus de seins qu'elle. Vous voulez voir ? Bon d'accord, j'avoue qu'elle a un bon style et qu'elle a de putain de beaux cheveux. C'est la seule chose qu'j'lui envie. Enfin non, je ne lui envie rien, mais c'est le seul truc de réussit chez elle ! Comment y sont ? Bah.. C'que j'peux dire c'est que déjà ils sont assez longs... Ils lui arrivent un peu plus bas que le milieu du dos je crois. Et qu'est-ce qu'ils sont lisses ! Obligé c'est pas naturel, nan nan, c'est pas possible. Avec son dégradé et sa frange sur le côté là. C'qu'une mécheuse de merde. J'vais les lui faire bouffer ses cheveux moi. La couleur ? Hum. Ébène je dirais. Mais le pire (attention), c'est que ses cheveux y paraissent super doux, soyeux, tout c'que vous voulez ! Quand vous les regardez vous n'avez qu'une envie c'est de passer votre main dedans pour vérifier s'ils le sont vraiment. Mais nan puisque je vous dis que je ne l'envie pas, merde ! >>

<< Ma p'tite Kanrara ! Elle est aussi belle que bonne. J'ai réussi à la pécho dernièrement alors qu'elle avait bien une trentaine de verre dans l'nez. Tous mes potes n'y croyaient pas, j'vous jure ! Pourquoi ? Bin.. Vous voyez Kéké est quand même une gonzesse assez spéciale qu'on a du mal à approcher. Alors, quand toi tu t'la ramènes que tu sors que... Voilà. Hé bin t'as la classe quoi. Mais j'avoue qu'au début j'me suis demandé à quel genre de gonz' j'avais à faire. C'est que... Elle a quand même des yeux rouges quoi. Naaan ! Bien sûre que nan c'est pas naturel. Enfin j'espère... Ça fait bien glauque en tout cas. Surtout que, vous avez bien vu, elle a quand même une peau assez claire -sans imperfection c'est l'pied- alors quand vous captez ses yeux rouges... Ça donne la chaire de poule. >>

<< Ce sont bien des lentilles qu'elle porte, j'ai vérifié. Mais bon. C'était assez étrange de la voir "au naturel". En tout cas, en réalité ses yeux sont marron. Ou noir. La couleur a tendance à varier en fonction de la lumière. >>

<< Cette meuf elle a une vraie gueule d'ange. Elle est bien tout le contraire croyez-moi ! Avec ses grands yeux rouges qui vous ensorcellent, son petit nez rond, sa bouche fine et son p'tit gloss rose pâle... Elle est bandante. Et tout le reste de son corps s'accorde parfaitement. C'pour cette raison que toutes les nanas lui font la guerre. Jalousie, jalousie. Kanra, Kanra... Elle est assez p'tite par contre. On dirait une petite crevette. C'est mignon et drôle à la fois. C'qui est étrange, c'est l'espèce de manteau qu'elle porte quasiment tout le temps. Il est noir avec de la fourrure blanche au niveau du col, du bout des manches et à la fin du manteau. J'sais pas pourquoi, mais Kanra semble vachement y tenir. En dehors de ce grand manteau assez spé', elle est très féminine comme jeune femme. C'est pas moi qui dirait le contraire ! Elle a du gout et sait se mettre en avant. Après bien sûre elle a un style bien à elle, mais c'est c'qui contribue à son charme. >>

<< Kanra Mikado ? C'est clair elle est flippante avec son grand manteau.. Mais, à c'qui paraît c'est celui de son frère, Lemiyu Mikado. D'ailleurs si mes sources sont exactes, il n'y a pas que le manteau qui lui appartient. Vous avez vu ? Au majeur de sa main droite, elle porte une espèce de chevalière. J'suis sûre qu'elle est à son frère elle aussi. Ouais, Kanra est sacrément dérangée comme fille. Mais j'pense que c'est son côté psychopathe qui la rend si attractive. Elle a une présence énorme en tout cas. Quand elle rentre dans une pièce, limite elle la remplie à elle toute seule. C'est presque impossible de se sentir à l'aise en face d'elle. Surtout quand on sait la profession qu'elle exerce... J'ai entendu dire qu'elle ne volait pas toujours très très haut. Je me demande si ce qu'elle fait lui convient vraiment... Parce qu'elle dégage encore autre chose de plus inexplicable. Quelque chose de plus triste et douloureux. Je ne sais pas comment expliquer ça. >>



Histoire:



Ouh Ah Wata Bang Bang ~ Ready for action.
Brûlez-les ; Butez-les : Shootez-les ou Pendez-les.


First Step : le syndrome de la bougeotte, tu y crois toi ?
" - Bon, je commence : ce soir elle est en Italie, en florence plus précisément. Elle sort d'un bar en compagnie de...
- Marco. C'était le barman super mignon. Comme la nuit était belle, lui et maman ont décidé d'aller se balader...
- Près de la fontaine. Avec un verre de vin à la main. Ils rient beaucoup. Marco lui demande si elle a des enfants et...
- Elle répond non.
- Non Kanra, elle lui répond oui et aussi qu'elle doit prendre un avion demain matin pour aller les voir.
- Et comment tu le sais ?
- Ce sont mes orteils qui me l'ont dit. Les orteils savent tout."

Du temps jusqu'où mes souvenirs remontent, je n'ai jamais connu ma mère. Ni moi, ni Lemiyu. Lemiyu Mikado est mon frère aîné et il était la personne à qui j'étais le plus attachée. Malgré notre différence d'âge de trois ans, nous étions quasi fusionnels, comme des frères jumeaux. Pendant beaucoup d'années nous avons également partagé la même chambre. Je passais tout mon temps avec lui et il était la seule personne pour qui je priais de partir en premier pour ne pas avoir à souffrir de son absence. Je me souviens que chaque soir, on "jouait à maman". On imaginait où elle pouvait être, ce qu'elle pouvait bien faire... On se disait qu'après avoir fait le tour du monde, elle ne pourrait que rentrer à la maison et toutes nos discussions se terminaient sur : "elle prit l'avion pour aller voir ses enfants". Mais elle ne l'a jamais fait. A l'époque j'étais vraiment désespérée, mais Lemiyu me répétait sans cesse qu'elle allait revenir. Un jour. Et je l'ai vraiment cru. Je voulais y croire de toutes mes forces. La présence de mon frère devint alors la chose qui m'était le plus indispensable. Je me souviens de tous les moments passés avec lui. Il y avait aussi ces soirs où chacun se glissait sous les couvertures dans le lit de l'autre, pour jouer aux cartes à la lumière d'une lampe de poche. Faisant durer la partie le plus possible, refusant de perdre l'un tout autant que l'autre. Ceci n'était qu'un prétexte pour pouvoir s'endormir dans le lit de l'autre. Et pour se sentir un peu moins seuls. A présent je me rends compte qu'à cette époque j'étais vraiment égoïste. Je voulais être rassurée en permanence et que mon frère marche pour toujours à mes côtés. Je ne m'étais même pas souciée de ce que lui pouvait ressentir et j'en ai conscience aujourd'hui. Malheureusement je n'ai jamais pu m'excuser.

Je disais que nous nous sentions seuls. Pourtant, nous ne l'étions pas. Lemiyu et moi, on vivait avec mon père et notre tante dans un des quartiers de Tokyo. Manou était assez étrange et pleurait souvent devant un portrait de maman en disant que c'était de sa faute si elle était partie. Je n'ai jamais compris pourquoi, mais comme il me fallait un coupable, je lui en ai réellement voulu. Sans raison. Quant à mon père... Il était réputé pour ses cinq mariages précédents. C'était un homme qui avait bon vivre avec des allures d'ours. Toute l'identité de cet homme résidait dans sa voix. Il aurait pu être acteur de théâtre. Il aurait pu. Mais comme il me l'a dit une fois : il avait préféré être acteur de sa vie. Quelle belle phrase philosophique n'est-ce pas ? C'est dommage... Avec sa façon de parler et son timbre de voix, même "passe moi l'sel" devenait un ordre des dix commandements. Un jour alors que je jouais tranquillement avec mon frère dans le salon, notre paternel était venu nous interrompre, disant qu'il devait nous expliquer quelque chose d'important. C'était à propos de maman bien évidemment. Nous ne savions pas grand-chose, à part qu'elle n'était pas là. Aujourd'hui encore je remercie mon père d'être venu nous voir, son explication eut pour mérite de nous mettre un peu de baume au coeur et de nous permettre de rêver des aventures de notre mère.

Le syndrome de la bougeotte, voilà l'explication. Notre mère était victime de cette maladie et d'après mon père c'était impossible pour elle de lutter contre. L'être humain qui est victime de ce syndrome ressent le besoin irrésistible de partir à l'aventure. De tout plaquer pour partir à la découverte du monde. Une irrépressible envie de vivre que le malade cherche à combler par n'importe quel moyen. N'importe quel. Quitte à quitter famille et amis. Apparemment, cette maladie fait partie intégrante de notre famille. D'après Manou, une de ses cousines avait disparue du jour au lendemain pour ne ré-apparaître que plus de 20 années plus tard. 20 ans, c'est long... J'espérais de tout coeur que notre mère ne mettrait pas autant de temps. Que le désir de revoir ses enfants serait plus fort que tout, mais je m'étais trompée. Je ne l'ai jamais dit à personne, mais je me suis toujours soupçonnée d'être victime de cette maladie moi aussi.


Second Step : Il était une fois un monde où la cadette deviendra plus âgée que l'aîné.
C'était un après-midi d'avril il y a cinq ans aux alentours des 14 heures, mon frère répétait son tout nouveau rôle avec sa troupe de théâtre et sans prévenir, il est décédé. A ma grande stupéfaction, le monde ne s'est pas arrêté de tourner en même temps que son coeur. Les gens sont allés bosser, ont bu leur café, les élèves sont allés en cours, ont flippé pour un examen... Quant à moi, c'était comme si le bras qui me maintenait à la surface m'avait lâché. Pendant des jours et des jours la pluie s'est acharnée sur le toit de notre maison, j'étais soulagée que le soleil lui, ait la décence de me laisser tranquille. Nous nous retrouvâmes tout d'un coup entouré de pleins de monde, Manou mon père et moi. Famille, amis ou simple compatissant, tout ce monde s'enchaînait dans un défilé interminable. Quand enfin, la porte d'entrée se referma sur la dernière personne, nous laissant seuls dans notre maison du deuil. A partir de ce jour, tout commença à prendre soudainement un gout de cendre. Même le café de Manou y eut droit. Je me souviens du jour où nous l'avons enterré. Alors que la cérémonie prenait fin, un membre de la troupe de théâtre de mon frère s'est mis à crier bravo et nous avons commencé à applaudir 21 années d'un monde avec Lemiyu.

"Ne faites pas de bêtises les enfants."
"Est-ce que les enfants vont bien ?"
"J'ai vu les frères Mikado ce matin."
"Les enfants sont à la rivière."
"Et si on allait voir si les frères Mikado sont là ?"

La mort de Lemii fut comme un électrochoc pour moi qui déclencha le plus gros changement que ma vie ait connu. Je m'étais rendu compte que jusqu'à présent je n'avais que fait vivre en dépendant de mon frère. Accrochée à lui comme un parasite, ne cherchant à vivre qu'à travers lui. Je taisais toutes mes envies tant que celles de mon frère étaient satisfaites. Pendant des années je me suis empêchée de vivre. N'être définie que comme "la petite soeur de Lemiyu" me convenait. En m'oubliant moi-même, j'oubliais que je n'avais pas de mère, même si je refusais de l'admettre, cette pensée me blessait énormément. Et ça, je ne l'ai compris qu'une fois que mon frère était parti. Parfois, certaines personnes ont besoin de tout perdre pour pouvoir se construire ; je fais partie de ces personne-là. J'étais censée pleurer la mort de mon frère, pas me découvrir une nouvelle passion.
Stupide et ivre, non je veux vivre, libre, que la musique me délivre ~
Le violon. Une passion sans fin et sans limite. C'était comme si les cordes de ce violon me parlaient. Chaque note était une chanson à elle toute seule. Aujourd'hui encore je me souviens très exactement de la première fois que j'ai joué de cet instrument. La musique pure et claire qui s'en dégageait m'a tout de suite séduite. Ses consonances tristes et mélancoliques, j'avais l'impression que toute la douleur et le mal-être que je contenais en moi s'échappait enfin, pour me laisser le cœur un peu plus léger. A croire qu'à cette période de ma vie mon esprit perturbé était réceptif à l'art musical. Quoi qu'il en soit ce violon je ne le lâchais plus, j'en jouais jour et nuit et je me révélais assez douée. Malgré mon talent je persistais toujours à jouer le même morceau. Je le jouais des après-midi entières sans m'arrêter. Je ne sais pas ce que je trouvais à ce morceau, mais je ne pouvais me résigner à m'arrêter. La musique est un des plus beaux cadeaux que Lemiyu m'a fait sans le savoir et je suis heureuse de vous apprendre que bien que les temps ont changés, je joue toujours du violon et que j'en jouerais jusqu'à ma mort. Toujours ce même morceau.
"Tu sais, Lemi. J'ai lu quelque part que la musique est une chose à part ; une espèce de passerelle entre deux mondes à travers laquelle l'âme du musicien peut s'exprimer. C'est pour cette raison que le chant d'un violon nous paraît toujours aussi pur et clair. C'est tout simplement parce que c'est l'âme du violoniste qui nous parle. Après, il faut savoir l'écouter et la comprendre. L'âme d'une personne à tant de choses à nous raconter tu sais. Et à travers la musique, elle ne peut pas mentir."
(trouvé griffonné sur un bout de papier près de la tombe de Lemiyu Mikado)



Third Step : Parcourir le monde et voir ce que la vie propose, vivre au grand air et marcher dans les champs de roses.
J'avais 18 ans lorsque j'ai réellement ouvert les yeux sur le monde pour la première fois. C'est idiot non ? J'en étais arrivée à gâcher 18 ans de ma vie juste parce que "j'avais peur de m'envoler". Je ne m'étais pas rendu compte que la vie, en dehors de mon frère et de ma mère pouvait être si intéressante et passionnée. J'avais toujours soupçonné mon frère d'être victime du syndrome de la bougeotte lui aussi, mais en réalité, alors que je découvrais toutes les merveilles qui m'avais échappées jusqu'à présent et que j'avais des étoiles pleins les yeux, c'était moi qui en était atteinte. Et comme toute personne victime de cette maladie, je n'ai pas pu lutter moi non plus. Le temps venait soudainement à me rattraper et je me retrouvais prise au piège au milieu de ces années de réclusion que j'avais passées. D'un seul coup, je devais satisfaire cette irrépressible envie de vivre et combler le vide qui s'était formé en moi. C'était comme si mon corps se vengeait. Vous savez ? Quand vous vous empêchez de manger pendant plusieurs jours, il arrive toujours ce jour de trop où votre corps se venge et que vous engloutissez votre frigo d'un seul coup. Hé bien, c'était exactement la même chose pour moi. J'étais bouffée par mon envie d'exister. Je voulais tout savoir de tout, tout essayer, tout gouter, tout voir... Donc je finis aussi par tout plaquer. J'abandonnais mon père et ma tante moi aussi. J'étais la troisième qu'ils perdaient... J'étais certaine que mon père identifiait mon départ à celui de ma mère. Durant ces cinq dernières années je voyageai beaucoup et l'idée de rencontrer ma mère par hasard m'effleura l'esprit, mais je la refoulai vite. Je ne voulais plus rien à voir avec mon passé même pour mon père. Je l'adorais ce n'est pas le problème, mais retourner le voir aurait comme été retourner en arrière pour moi. Et je ne l'ai jamais revu. Je me sentais si libre et ivre de vivre et un soir... Je compris ce que ressentait ma mère et le poids dans ma poitrine qui était là depuis des années se brisa.

L'eau a coulé sous les ponts et pendant ces cinq années je suis devenue celle que je suis aujourd'hui. Vous savez, cette fille arrogante qui se prend pour dieu. Oui, c'est moi. En soif de tout savoir j'étais devenue une informatrice hors pair. Les rumeurs c'était moi qui les lançais. Derrière chaque emmerdes j'y étais toujours pour quelque chose. Je faisais partie de trafics plutôt douteux et il m'est arrivée de marchander avec des Yakuzas. Moi, Kanra, était connue du monde entier. Partout où je m'étais rendue je n'avais que fait semer la zizanie et je m'étais créée un réseau assez impressionnant. D'un côté, je m'étais laissée tenter par l'argent facile. Mais bon... La vie que j'avais à présent je l'adorais. J'allais où le vent me menait et où les affaires allaient bon train. Je devenais vite l'ombre de chaque ville dans lesquelles je me rendais. Je ne demandais rien de plus. A part peut-être contrôler le monde ? En attendant ce jour prodigue, j'avais décidé de rentrer au pays. De la nostalgie ? Vous êtes fous ou quoi. Il y avait cette ville... Nagoya. Avant, je ne l'aurais même pas regardée. Mais à apparemment, il y avait eu pas mal de changement par là-bas et la ville se retrouvait donc assez animée... Quoi de mieux ? J'étais plus en forme que jamais et prête pour de nouvelles aventures. Plus rien ne pouvait m'arrêter.



Derrière l'écran se cache:



▬Votre pseudo? Kanra c'est très bien.
▬ Depuis combien de temps faites-vous du RP ? Depuis 4 ou 5 ans. Ou plus ?
▬Comment avez-vous connu le forum ?' Sais plus.
▬Avez-vous un double compte? Heu..
▬Personnage de l'avatar? Kanra Orihara équivalent féminin d'Izaya Orihara de Durarara *Q*
▬Quel est le code du règlement? Alours, de mémoire j'crois que c'est un truc du genre : Ok by Snake. C'est ça non ? °-°
▬Des suggestions? Des remarques? Qui dit évolution du contexte dit évolution de personnage ♥
▬Votre dernier mot? La nouvelle fiche elle claque !




Dernière édition par Kanra Mikado le Mar 26 Juin - 21:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lycee-shimizu.1fr1.net/t8610-kanra-this-is-how-i-rul
Kanra Mikado

avatar

Féminin Nombre de messages : 66
Age : 22
Localisation : 67
Emploi : Lycéenne
Loisirs : Dessin
Date d'inscription : 01/04/2012

Feuille de personnage
Age: 23 ans.
Situation personnelle: Amoureux(se)
Sort avec: De ma clope °w°

MessageSujet: Re: Kanra ~ This is How I Rule The World. [Terminé]   Mar 26 Juin - 19:17

~_ Voilà, je pense que tout est bon. °-°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lycee-shimizu.1fr1.net/t8610-kanra-this-is-how-i-rul
Snake J. Foster

avatar

Féminin Nombre de messages : 77
Age : 25
Localisation : Ne me cherche pas, je te trouverai
Date d'inscription : 20/12/2010

Feuille de personnage
Age: 24
Situation personnelle: Célibataire
Sort avec: Sortir est un bien grand mot...

MessageSujet: Re: Kanra ~ This is How I Rule The World. [Terminé]   Mer 27 Juin - 2:34

Re-bienvenue, Kanra ~

Ton personnage est très intéressant, j'ai hâte de le voir à l'oeuvre en rp x)
Je n'ai absolument rien à redire à ta fiche, elle est parfaite et agréable à lire, donc je te valide avec plaisir.

Amuses-toi bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kanra ~ This is How I Rule The World. [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kanra ~ This is How I Rule The World. [Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» God Save the queen- English Rule the world and I speak English
» everybody wants to rule the world
» Everybody wants to rule the world { HARLAN
» (Alastar) everybody wants to rule the world

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARCHIVES :: ARCHIVES & Co :: ADMINISTRATION :: Fiches de présentation-
Sauter vers: