AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tsukasa Domyoji. [ Terminée. ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tsukasa Domyoji
Fils de l'empereur
avatar

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 24
Localisation : Isolé de ce monde.
Emploi : Fils de l'empereur.
Loisirs : Lire mes tomes.
Date d'inscription : 28/05/2012

Feuille de personnage
Age: 18
Situation personnelle: Célibataire
Sort avec: Ma solitude

MessageSujet: Tsukasa Domyoji. [ Terminée. ]   Lun 28 Mai - 5:05

Tsukasa Domyoji.

→ Âge : 18ans.
→ Classe : 2-B.
→ Lieu de naissance : Nagasaki.
→ Statut : Etudiant.



Just me!


Tsukasa est d'une nature très calme et aussi une personne raisonnable. Il parle très peu et le jeune homme est souvent seul. Au-delà de son physique plutôt plaisant, son côté mystérieux plaît aux jeunes filles. Son côté silencieux peu parfois laisser transparaître un côté sage. Son silence d'or peut laisser à pensé qu'il est une personne qui a un certain vécu. Ce n'est pas totalement faux ! Le jeune brun s'isole souvent, dans des coins silencieux. Celui-ci aime le calme. La plupart du temps, le jeune héritier a toujours sur lui un tome différent chaque jour de cours. Les mangas sont en général captivant, bourré d'action et de rebondissement farfelu. Lire, lui permet donc de fuir cette vie si ennuyeuse qu'il mène à chaque instant.

La solitude le rend cool, certes. Bien qu'il décide souvent de rester seul, le jeune homme n'aime pas beaucoup la solitude. Mais il a encore plus horreur de traîner avec les autres. Cela est dut à son enfance, où le jeune homme dut traîner avec des petits riches qui n'hésitaient pas à écraser les moins riches afin d'imposer leurs supériorités. Ce monde de riches l’écœure. De ce fait, le futur symbole du Japon a quitté ce monde si faible et pourtant si puissant à la fois, afin de s'isoler dans un monde de solitude et de lassitude infinie. Son air de dépressif lui donne un côté touchant qui encore une fois, ne laisse pas les filles indifférentes.

Quelqu'un qui se dit malin et intelligent ne le dit pas. C'est bien le cas de notre cher Tsukasa. C'est un élève brillant qui a toujours eut les meilleurs notes, quelque soit la matière. De tous les lycées qu'il a put côtoyer jusqu'à présent, il doit être l'élève plus intelligent à chaque fois. Lycéen modèle, celui-ci ne frime jamais par rapport à ses résultats. Quant à ses parents, celui-ci évite de les déranger avec ce genre de choses. Le jeune brun ne fait pas le bon élève pour le plaisir de ses parents, il le fait pour rester simple et surtout, afin de ne pas être comme « eux », les autres.

En voilà un enfant bien triste ! C'est souvent la réaction des personnes qui voient son visage. C'est vrai qu'à première vu, le jeune solitaire à l'air d'un enfant triste, seul, sans amis, mis à l'écart. Pourtant, celui-ci n'a rien à envier aux autres. Fils de riches, il a probablement tout ce que n'importe quel être humain rêverait d'avoir. Cependant, ce monde auquel il appartient ne lui plait guère. Notre jeune solitaire n'a jamais été ravi d'être riche. L'argent qu'il possède ne lui sert qu'à se loger, le nourrir et lui acheter des vêtements. Hormis cela, le jeune brun ne s'en vente jamais et il n'en fait pas part aux autres. Faut croire que l'argent ne fait pas le bonheur...

Le jeune homme a horreur de s'ouvrir aux autres. Non pas qu'il trouve cela ennuyant mais, tout simplement, il pense que cela ne les regarde nullement. En amour, Tsukasa n'a pas eu de chance. Il fut un temps où le jeune homme a embrassé l'amour ! Mais comme toute bonne histoire, il eut un point final. D'ailleurs sa seule histoire d'amour fut particulièrement brutale. De ce fait, notre grand sentimental garde un gros pansement sur le coeur avec des cicatrices qui ne s'effaceront probablement jamais. Depuis ce jour fatidique, ses histoires sentimentales sont devenues inexistantes.

Le jeune lycéen ne s'occupe jamais des affaires des autres. Sa vie est bien assez compliquée ainsi, alors pourquoi s'embêter avec les soucis des autres ? N'ayant pas d'amis, le jeune homme n'est pas le genre de super héros qui aide tout le monde. Le jeune prince préfère rester bien sagement à l'écart, quelque soit la situation. Cela lui donne un côté indifférent, comme si rien ne pouvait le toucher. Pourtant, le jeune homme ressentait bel et bien des choses. Parfois, là où des personnes normales voient des choses anodines, Tsu peut voir des choses intéressantes, voir touchantes. Ce jeune blindé de frics est probablement le seul garçon à avoir une telle vision tout autre sur le monde qui l'entoure...

L'arrogance est un vilain défaut. C'est pour cette raison que le jeune riche déteste ce genre de personnes. Cependant, cela ne l'empêche pas de l'être à son tour. Le jeune lycéen ne l'est pas très souvent mais, par moment ses manières de fils de riches lui reviennent. Domyoji a parfois du mal à rester humble lorsqu'il est face à des personnes qui sont hautaines et malsaines. Son arrogance lui revient surtout auprès des « filles sales ». Ces filles qui s'inventent des manières, une condition sociale, une vie, qui ne s'assument pas ainsi qu'une beauté quelconque les répugnes. Il aime celles qui sont simples, humbles, naturelles et surtout réalistes...

Le jeune homme n'est pas quelqu'un de belliqueux. Pourtant, avec toute la maîtrise qu'il a des arts martiaux (Boxe thaï, UFC, Ju-Jitsu...) Tsukasa pourrait en faire ses éloges. Le jeune homme préfère encaisser les coups plutôt que de se défendre. Troublant, n'est-ce pas ? Disons que celui-ci pense qu'en se défendant, il aurait plus de chance d'attirer les ennuies en répliquant. Cela dit, lorsqu'on a à faire au fils de l'empereur, la plupart des gens réfléchissent à deux fois avant d'oser mettre la main sur le jeune prince.

Pacifique de nature, il ne cherche ni la paix, ni la guerre. Cela dit, il lui arrive très rarement d'aider les gens en difficultés. Certes, il a horreur de l'injustice mais, le jeune solitaire avait encore plus horreur de se mêler des affaires qui ne le concernait pas. Cependant, il a tout de même un cœur et son côté « impartial » a tout de même une limite. Sa solitude et sa franchise peuvent parfois blesser certaines personnes qui essaient d'établir un lien avec lui. Cela dit, le jeune prince n'est ni gentil, ni méchant. Il est juste selon lui : " Normal ".

Sexy boy.♥

Tsu est un jeune homme au teint clair plutôt grand, mesurant un mètre quatre vingt-neuf. Si celui-ci est aussi grand, cela est dut à son alimentation qui, depuis sa plus tendre enfance est saine. La raison de sa grande taille est principalement dut à ses jambes qui sont relativement longues et musclés. Cela dit, il n'y a pas que ses jambes qui sont longues chez le jeune lycéen. Ses doigts aussi sont d'une finesse, lui donnant ainsi l'impression d'avoir des doigts de pianistes. Enfin, son cou assez grand qui est la plupart du temps, masqué par le col de sa chemise.

Son beau visage est plutôt fin, comparable à un mannequin. Notre jeune héritier a une fine bouche. Lorsque ses lèvres s'élargissent, elles laissent place à un magnifique sourire qui peut illuminer la journée de n'importe qui. Ses yeux noisettes laissent transparaître des pupilles pétillantes. Lorsqu'il fixe une personne, son regard est assez intense. Cela a souvent le don de mettre les gens mal à l'aise. Son nez est plutôt assez grand et « imposant ». Pour finir, de magnifiques sourcils plutôt bien dessinés pour animer son regard. En clair, ses yeux sont principalement ce qui fait de lui, un très beau garçon.

Ses yeux son plutôt très étranges. Ils sont noisettes à première vu mais lorsqu'on y plonge un peu trop longtemps le regard dans ses yeux de séducteur, on peut remarquer que la couleur de ses pupilles virent au rouge foncée. C'est une sorte de variante entre le marron et le rouge, un peu comme ses rares personnes qui ont des yeux qui virent du bleu au vert. L'intensité de son regard ne laisse jamais indifférent. Tsukasa regarde les gens d'une telle manière et d'une façon si paisible, qu'on a l'impression que celui-ci vous reproche quelque chose. Bien entendu, ce n'est qu'une impression.

Sa coupe de cheveux est assez travaillé avec des sortes de petites franges qui part sur chaque côté du sommet de son visage. Cela lui donne un style élégant. Quelques mèches passent devant son oeil gauche. En réalité, chaque matin, un coiffeur vient spécialement s'occuper de sa petite touffe. Celui-ci entretient ses cheveux chaque jour pendant au moins une bonne demi-heure de temps. Cela explique pourquoi, même après le sport le jeune brun est toujours aussi fringant. Ses oreilles sont plutôt grandes mais, le jeune homme les cache à l'aide de quelques mèches.

Pratiquant diverses arts mariaux dans le passé, Domyoji possède une assez bonne musculature qui lui permet d'être quelqu'un de vif. Cela dit, il a très peu l'occasion de montrer ses facultés. Lorsque dans les rares occasions il frappait, c'était toujours dans le but d'humilier et non pas de vaincre ses ennemies. De simples prises de soumissions, ou bien des esquives suivit d'une petite balayette... En clair, son style de combat est tout à fait similaire à sa personnalité. Ses muscles servent donc juste à punir dans de rares occasions.

Sa tenue vestimentaire varie souvent. La plupart du temps, il porte un tee-shirt une chemise blanche, assortie avec ses chaussures d'une valeur inestimable. Pour accompagner sa chemise blanche, une simple cravate sombre. Cependant, son long et fin pantalon noir qui paraît simple est contrasté à une ceinture de marque bien évidemment. Rien que le prix de sa ceinture pourrait permettre d'acheter le dernier téléphone portable en vente ! Pour se donner un style, le jeune Domyoji fait en sorte de mettre sa ceinture étincelante en avant.

Rares sont les fois ou le jeune brun vient en cours sans cravate. Mais lorsque cela lui arrive pour une raison quelconque, le jeune solitaire laisse sa chemise entrouverte au niveau du torse. Cela peut permettre aux jeunes filles d'apprécier sa corpulence au niveau du buste. Ses muscles sont nets, voyant et pas trop volumineux. Notre jeune solitaire est quelqu'un qui n'est pas du genre à montrer son corps. Pourtant, avec ses abdominaux qui sont très voyant, cela pourrait être un petit plus pour attirer les jolies jeunes filles. Mais son côté sage et isolé l'empêche de frimer.

Autre chose qui plait souvent aux jeune filles qui l'observent : Sa démarche. Habituellement, les hommes ont une démarche plutôt virils, ce qui ne les différencie nullement. Tsukasa a une démarche plutôt lente mais correcte et contrôlée. A chacun de ses pas, ses mèches de cheveux font un léger mouvement de gauche à droite juste devant ses yeux. Par moment, avec sa main droite le fan de mangas passe ses doigts sur ses cheveux. Sa ma gauche quand à elle possède la plupart du temps un petit tome. Cette façon de se déplacer attire souvent les regards, que ce soit fille ou garçon.

Ces accessoires sont vastes et ils ont tendances à attiser toutes les convoitises.. En plus de sa ceinture, le jeune solitaire possède un collier en argent. Assortie à cela, des boucles d'oreilles argentés qu'on ne remarque à peine à cause de sa coupe de cheveux. Sur sa main droite, un bracelet éblouissant qu'on remarque assez facilement, surtout lorsque celui-ci passe ses doigts sur ses cheveux. Sur sa main gauche, une montre (Frank Muller pour ceux qui connaissent.) dont la valeur est inestimable. Enfin, quelques bagues argentés dont deux situé sur l'index et l'annulaire de la main gauche et une situé sur l'auriculaire de la main droite . Avec tous cela, son côté bling bling ne fait que de renforcer son style " joli garçon ". Cela lui donne un côté sexy boy ! ♥


Destined to be alone...

Introduction : Tsukasa Domyoji.

Spoiler:
 

* Un long moment de silence *
« ... Que dire ? Je vivais dans un monde ou l'amour n'existait pas. L'argent représentait tout, l'amour ne représentait rien. Ce monde m’écœurait. C'est pourquoi dès mon plus jeune âge, je me suis crée une bulle impénétrable et je m'y suis enfermé à l'intérieur. Dans ma bulle, je n'avais rien à craindre de la cruauté des autres. Dans ma vie à moi, je n'avais pas à m'ouvrir aux autres et les gens sont tous égaux. Dans mon monde à moi, il n'y avait pas de riches ou de pauvres. Dans mon univers, il y avait juste un seul monde : Le mien, moi et personne d'autre. Vivre ainsi m'évitait de voir les dégâts horribles que pouvaient créer le milieu aristocratique. Rien ne me touchait, car j'étais seul et j'acceptais personne. Pourtant, alors que j'étais enfermé dans ma bulle imaginaire infranchissable... Une rose a su me transpercer en plein coeur. Touché par sa pureté, sa gentillesse, sa beauté et sa grâce, je l'ai laissé m'approcher. Pour cette unique rose, j'ai dû agrandir ma bulle. Bien évidemment, il ne m'a fallu pas bien longtemps pour comprendre que ma bulle serait beaucoup trop petite pour elle et moi. C'est pourquoi, j'ai transformé cette bulle pour en faire une vie. De cette vie, j'ai voulu en faire un paradis. Je me suis ouvert à elle, elle s'est ouvert à moi. Depuis ce jour, tout était différent. J'ai donc pensé créer une aventure ou une histoire avec cette fleur et ainsi, partager l'infini avec elle. C'était fou ! J'avais beau lire des tas et des tas de mangas, pour moi elle était ma seule héroïne. Sa seule présence m'a fait comprendre ce qu'était l'amour. Dès cet instant, je voulais être le héros de ses rêves et celui qu'elle aime par dessus tout. Cependant, toutes les fleurs fanent un jour ou l'autre. Lorsque cela arrive, j'ai très vite compris que... Toute histoire a un point final. »



Le monde des riches est un monde de haine.

Bien que Nagasaki fut son lieu de naissance, Tsukasa n'y avait jamais vécu. Fils de l'empereur du Japon et fils d'une célèbre actrice de cinéma, le jeune homme n'avait pas vraiment l'occasion de discuter avec ses parents. Durant ses treize longues années d'existence, il avait rencontré son père environ une dizaine de fois, pas plus. Quant à sa mère, celui-ci la voyait plus fréquemment car elle l'emmenait dans toutes ses tournées. Cela avait permis à Domyoji d'acquérir la langue de quelques pays d'Europe tel que l'Italien, le Français, l'Anglais et l'Espagnol. Ses cours ? Le jeune brun les faisait à domicile par diverse professeur qui venaient dans sa richissime maison qui d'ailleurs, ressemblait plus à un château qu'une maison ordinaire. Dans cette grande maison immense et vide, les jours se suivaient et ils se ressemblaient tous. Avec la solitude, le temps à laissé place au silence. Par la suite, le silence a laissé place à l'ennuie. De ce fait, l'ennuie a laissé place à la tristesse. Depuis ce jour, la solitude et la tristesse l'accompagne à chaque instant de sa vie. C'était peut-être pour cette raison que le jeune adolescent affichait un visage si triste. Probablement une habitude...

Lors de ses quinze ans, logeant à Tokyo l'adolescent fut de plus en plus seul car sa mère était de plus en plus absente. Quant à son père, il n'avait plus nouvelle de celui-ci. Il faut dire que l'empereur était très occupé. La solitude de ce jeune adolescent laissait place à une tristesse que sa mère ne put le supporter. Voulant agir pour son bien, elle décidait de l'inscrire dans l'école la plus riche du Japon : le lycée Eitoku. Ce lycée où seul les plus riches des riches pouvaient y mettre les pieds. Mais même dans ce lieu de riche, le jeune fan de mangas se démarquait des autres. Pour son premier jour, sa tenue vestimentaire qui était pourtant habituelle à ses yeux, mais il ne l'était pas pour les autres. Ses bagues ainsi que tous ces bijoux sur lui faisaient effet. Ce n'était que lorsque les autres lycéens apprirent par on ne savait quel moyen qu'il était le fils de l'empereur, que les autres reconnaissaient sans la moindre résistance que le jeune brun était certainement le lycéen le plus riche d'Eitoku. Ce lycée semblait humble et remplit de personnes cultivées. Les cours passaient sans encombres. Ce n'était qu'à la sortie du lycée que la face cachée d'Eitoku apparaissait. Sur les trottoirs se trouvaient des personnes aux vêtements déchirés. Probablement des personnes sans domiciles fixes. La pauvreté...

Accompagné de quelques lycéens, le jeune brun s'arrêtait devant la pauvre femme et probablement ses enfants. Celle-ci regardait le jeune riche comme si elle voulait lui lancer un appel à l'aide, sans pour autant osé le lui demander. Un regard de faible ! Le jeune brun quant à lui la regarder, comme un homme surpuissant. D'un air supérieur avec ses fringues tout propre. C'était à cet instant que l'un des lycéens qui se trouvait à ses côtés, lui flanquait un coup de pied monumental au niveau du visage. D'après celui-ci, il l'avait reproché de l'avoir regardé. « Les pauvres n'ont pas à regarder les riches ! » d'après lui. Les autres ne tardaient pas à répliquer à leur tour avec des coups de pieds, piétinant la jeune pauvre. Écœuré par cette scène, Tsu préférait monter dans sa voiture conduit par un chauffeur. Une fois à l'intérieur de la voiture, il pouvait voir les jeunes lycéens d'Eitoku frapper la pauvre clocharde d'une violence inouïe. Qui avait dit que les pauvres n'avaient pas leur place dans ce monde ? Quelle bande d'idiot... Le jeune riche ne comprenait pas la façon de penser de ses compères. Eux qui étaient si riche, au lieu d'enfoncer les autres, pourquoi ne les aidaient-ils pas ? C'était donc ça... La richesse avait créé la haine. Cette scène qu'il voyait sur le trottoir représentait bien là ce monde impure et si sale auquel Domyoji appartenait...

Cette première journée fut épuisante pour le jeune homme. Le soir, lorsqu'il finissait ses devoirs, le lycéen demandait au chauffeur de rouler dehors. Il voulait juste prendre un peu de l'air, histoire de regarder les ruelles à travers sa vitre à peine tintée. Le jeune prince baissait la vitre afin d'apprécier la fraîcheur de la nuit. Les étoiles brillaient de mille feux, mettant en valeur l'éclat de la lune. La solitude ne cessait de l'accompagner dans cette voiture. Il fallait que Tsukasa quittait cette bulle qui l'empêché de vivre. La vie ne représentait rien de plus qu'une peine. Le jeune adolescent avait l'impression d'être un prisonnier qui n'attendait qu'une chose pour quitter cet enfer : La mort. La voiture roulait sous ce ciel sombre qui semblait infinie. La voiture tournait à droite. Le solitaire se trouvait non loin d'un hôpital, traversant une longue rue qui longeait un parc. Alors qu'il n'attendait plus rien de la vie, feuilletant son manga tout en appréciant le vent qui venait caressait son visage, le jeune prince allait pour la première fois de sa vie, ressentir des émotions qu'il n'avait jamais ressenti auparavant. Sous ce ciel étoilé, il était grand temps que...


Le prince charmant rencontre l'ange de sa vie.
Spoiler:
 

Dans sa voiture de luxe, à travers sa vitre à peine teinté, une jeune femme seule, marchant sur le trottoir. Elle pleurait comme si la vie lui avait tout prit. Dehors, le vent soufflait faisant virevolter ses cheveux et sa robe. Chaque larme versée par cette créature transperçait le coeur du jeune prince. Le jeune riche voulait la rassurer, la prendre dans ses bras. Mais celui-ci n'avait jamais fait ce genre de choses, encore moins parler à une fille. Domyoji voulait lui dire que malgré tout ce que la vie avait pu lui faire, rien ne pourrait lui enlever sa beauté. C'était vraiment ce qu'il ressentait. L'inconnue était seule, perdue au milieu de ce monde affreux et violent. Elle était comme une étoile qui avait atterrit sur terre : Elle n'était pas de ce monde. Celle-ci semblait si fragile... Qui avait dit que les princesses n'existaient pas ? Qui avait dit que les comptes de fées n'existaient pas ? Qui avait osé dire que le paradis n'existait pas ? Cette fille était la preuve vivante de tout cela. Ce soir là, cette jeune fille pleurait. On ne saurait dire si c'était le fait qu'elle pleurait qui la rendait belle ou, tout simplement l'éclat de la lune qui venait illuminer son visage mais sa beauté ne laissait pas notre petit fils de riche indifférent. Le jeune solitaire l'avait vu juste une demi-seconde. Cependant, le temps semblait avoir ralentit lorsqu'il l'avait vu. Dès cet instant, le jeune brun aurait donné toute sa fortune si cela lui permettait d'être à ses côtés pour toujours. (Vous pensez que le terme ici est trop fort ? Détrompez-vous. C'était vraiment ce qu'il ressentait.)

La voiture tournait et la jeune femme disparaissait par la suite. Qui était-elle ? Ce jour là, le jeune riche n'avait pas pensé à aller l'aborder. Le fils de l'empereur avait demandé au chauffeur de revenir sur cette même rue afin de pouvoir la revoir. Bien évidemment, elle n'était plus là. Rentrant chez lui, le solitaire ne faisait plus que de penser à elle. C'était bien la première fois qu'il voyait une personne encore plus triste que lui. Bien sur, Tsukasa avait déjà vu des gens pleurer auparavant mais... Dans leurs yeux, leurs gestes, il n'y avait pas autant de tristesse que cette inconnue. Le brun pouvait ressentir à travers celle-ci toute l'émotion d'une personne en détresse. Le jour suivant, cette jeune inconnue l'obsédé. Connaître son nom était devenu plus qu'important. Les cours étaient si ennuyant et les élèves toujours aussi malsains. Le soir même, sur la même rue à la même heure précise le jeune homme restait garé devant le parc. Le chauffeur lui avait demandé pourquoi il restait ainsi. Domyoji lui répondait tout simplement parce qu'il avait envie. La jeune femme apparaissait enfin sur le trottoir, courant sans s'arrêter une seule seconde. Les larmes continuaient de couler comme si elle n'avait cessée de pleurer depuis la dernière nuit. Elle courait à toute vitesse, sanglotant toutes les larmes de son corps. On aurait dit qu'elle voulait fuir ce monde de brute. Le jeune solitaire l'aurait bien consolé mais il eut tout juste le temps de sortir de la voiture que, celle-ci était déjà loin. Le jeune brun ne put que se contenter de regarder sa silhouette s'éloigner peu à peu de ses yeux et de son coeur. Une fois qu'il ne put la distinguer, il commençait à ressentir le froid de la nuit.

-" Rentrons. "

Et chaque nuit se déroulait ainsi. Le fan de manga regardait cette fille passer depuis sa voiture, sans jamais l'aborder. Cette fille pleurait à chaque fois, laissant derrière elle ses larmes. Un soir, alors qu'il pleuvait, le jeune riche comme à ses habitudes était garé à la même place. La jeune femme passait à toute vitesse pleurant les larmes de son corps. Comment faisait-elle pour pleurer autant ? Au moment ou elle allait disparaître de sa vue, l'adolescente chutait assez lourdement sur le sol face contre terre. Sous cette pluie, elle restait étalée au sol comme si elle voulait que la pluie l'achevée ou comme si celle-ci voulait se noyer dans cette flaque d'eau. Forte heureusement, elle se redressait avec lenteur, restant les genoux au sol. Histoire de voir son état, Domyoji sortait brusquement de la voiture et il allait à sa rencontre. Longue veste blanche à fourrure interne, montre de marque sur son poignet gauche, bagues à ses doigts, une coupe de cheveux irréprochables, chaussures blanches. La pluie avait beau tomber, sa coupe de cheveux restait intact. A vrai dire, la pluie le rendait encore plus beau. Son regard restait fixé sur sa belle. Secouant sa veste avec élégance, il regardait cette jeune inconnue affichant sur son visage un petit sourire de tombeur qu'il avait l'habitude d'afficher inconsciemment...

On aurait dit un prince qui allait à la rencontre de sa princesse. Chacun de ses pas qui la rapprochait d'elle ne faisait qu'amplifier les battements de son coeur. Ses pas raisonnaient sur ce trottoir humide. Fixant le dos de cette femme, le solitaire n'affichait aucune émotion sur son visage. L'un de ses pas fut brusque. Cela interpellait l'adolescente qui regardait au-dessus de son épaule. Lorsque leurs regards se croisaient, Tsu était maître de lui. Il avait probablement l'habitude de l'observer. En revanche, elle le regardait, comme... Exactement de la même manière lorsque le jeune adolescent l'avait vu pour la première fois. La différence, c'était qu'elle avait la bouche grande ouverte, les yeux noisettes qui écarquillaient, ses cheveux mouillées... Celui-ci passait à sa droite, tandis que celle-ci restait bouche bée devant le beau jeune homme qui se présentait face à elle. Lorsqu'il finissait par lui faire face, le jeune riche fouillait dans sa poche et il sortait un mouchoir qui avait l'air luxueux. S'accroupissait afin de pouvoir se mettre à sa hauteur, il la regardait dans les yeux avec tendresse et un petit sourire rassurant.

-" Ça va ? "
-" Oui... Me... Merci. "

Le jeune homme lui tendait le mouchoir. D'une main hésitante, elle le prenait et lorsqu'elle se saisissait de l'extrémité du mouchoir, les deux adolescents restaient un moment ainsi, se regardant amoureusement dans les yeux. Après un court instant, Tsukasa finissait par lâcher le mouchoir. La jeune femme s'essuyait le visage. Il pleuvait et pourtant elle n'avait qu'une robe de nuit comme tenue. Sa robe était devenue si humide qu'on voyait très nettement la forme de ses seins. Ne se souciant pas de ce détail dans un premier temps, elle continuait à s'éponger le visage. Ce n'était qu'un moment, alors qu'elle voulait serrer le collier qu'elle avait autour du cou que l'adolescente se rendait compte de ce détail. Rougissant de honte, cette ange croisait ses bras juste devant ses seins afin de ne pas permettre au jeune homme de percevoir ses formes. Quelques mèches restaient collés à son front, à cause de la pluie. La pauvre, elle était toute trempée. A ce rythme là, elle risquait d'attraper une pneumonie. Elle rougissait toujours, regardant le sol, probablement les chaussures de l'homme qui se trouvait en face. Celui-ci lâchait un petit sourire en coin, avant de retirer sa veste...

La jeune inconnue semblait perdue dans ses pensées. Elle tremblait. Cette créature était d'une beauté... Si dieu avait une femme, elle serait exactement pareil ! Du moins, c'était ce que pensait le jeune prince. Sa fragilité la rendait encore plus que magnifique. Elle représentait pour lui, la seule fleur qui l'avait touché en plein coeur. Ce n'était que lorsque le jeune homme passait sa veste sur son épaule que la jeune femme avait réagi comme si elle venait de se réveiller. L'inconnue avait regardé Tsu avec plein d'admiration, comme si elle voulait lui dire merci. D'ailleurs elle prononçait un petit son qui sortait de sa bouche. Probablement un « merci ». Ses yeux étaient encore humides. La lune venait d'illuminer son visage. Si cette fleur avait eu des ailes, elle ressemblerait probablement à... Non : Si avait eu des ailes, elle serait un ange ! Une larme coulait le long de sa joue. Avec délicatesse, le jeune brun séchait la petite larme d'un revers avec la main. Le jeune prince se relevait en même temps que celle-ci. Lui laissant un dernier petit sourire, Tsukasa se retirait avec élégance, les mains dans les poches passant à côté de l'épaule droite de la jeune femme. Cette nuit là, le jeune homme se sentait étrangement mélancolique. Peut-être qu'il aurait dû rester avec elle et ainsi, passer la nuit ensemble ? Un jour peut être... Satisfait de son geste, le petit prince retournait dans ses pas afin de rejoindre sa voiture blanche qui l'attendait. Lorsque le jeune prince reposait ses fesses sur le siège arrière de sa bagnole, celui-ci reprenait la lecture de son manga. Le chauffeur avait regardé au-dessus de son épaule droite. Il avait demandé au jeune prince qui était cette femme.

-" Humm. Un ange. "


Il n'y a rien de plus malheureux, que d'être moins de deux.
Spoiler:
 
Le lendemain même, le jeune brun allait en cours comme si de rien était. La jeune inconnue qu'il avait enfin pu aborder avait complètement disparu. Traversant les couloirs de son lycée, le petit prince ne s'adressait à personne. Il fallait dire que depuis qu'il avait mit les pieds à Eitoku, le jeune homme fut immédiatement très influent. Son influence est dû à son grade de « fils de l'empereur » qui le faisait immédiatement monter parmi le top quatre des lycéens les plus riches du bahut. Ce top quatre était nommé les « f4 ». Bien évidemment, Domyoji n'avait pas l'habitude de traîner avec les trois autres. Il les connaissait que vaguement. Enfin, assit sur son siège au cinquième rang, Tsukasa feuilletait son mangas avec attention. Ne faisant pas attention aux autres lycéens, celui-ci ne c'était même pas rendu compte de la présence de la nouvelle élève. Comme vous pouvez l'imaginer, il s'agissait de la jeune inconnue qui l'obsédait tant. Celle-ci se présentait brièvement devant la classe avant de s'asseoir au premier rang. Les deux jeunes adolescents ne s'étaient pas vus : L'un trop occupé à lire ses mangas et à ignorer les autres, l'autre trop intimidée pour affronter le regard et le visage des autres lycéens riches qui l'auraient sûrement dévisagés. Le temps passait, les minutes et les heures défilaient. Lorsque la pause arriva, comme à ses habitudes, le solitaire se levait immédiatement et il allait rejoindre « son royaume » qu'était une issue de secours. Non loin de là, se trouvait un balcon. Depuis cet endroit, on pouvait apprécier la vue et par la même occasion, apprécier le vent qui venait effleurer sa longue veste blanche...

Assit sur les escaliers descendant, le jeune homme s'allongeait sur la marche. Lisant son tome sans se soucier du monde qui l'entourait, il appréciait la fraîcheur du temps. Les mèches de ses cheveux virevoltaient au rythme du vent. Le col de sa veste bougeait à la même allure, venant par moment caresser ses joues. Il adorait cet endroit. Un calme royal, munit d'un temps sublime et d'une vue splendide qui menait à d'autres habitats qui semblaient toucher le ciel. Ce lieu, Tsukasa en avait fait son royaume, son jardin secret, son paradis à lui. Bien sur, il y avait déjà eu des filles qui étaient venues le déranger par moment... Mais il les avait virés avec politesse, leur faisant comprendre qu'elles le dérangeaient. Lorsqu'il s'agissait de partager ce lieu, il fallait reconnaître que le jeune homme était plutôt égoïste. Au moment ou il allait tourner la page, le fracas de la porte fit arrêter net ses deux longs doigts qui maintenaient l'extrémité de la page de son tome. Généralement, même lorsqu'on l'ouvrait avec délicatesse, cette porte ne pouvait s'empêcher de faire un boucan pas possible. Cette fois ci, la porte avait été ouverte bruyamment, comme si quelqu'un l'avait ouverte avec un coup de pied violent. Des pas brusques approchaient de plus en plus. Soudainement, la silhouette d'une jeune femme apparaissait. Elle se dirigeait sans réfléchir en direction du balcon et elle semblait admirer la vue. Dans un premier temps, le jeune brun ne prenait même pas la peine de regarder la lycéenne. Celle-ci semblait étrangement sangloter. Elle marmonnait des choses incompréhensibles. Sa voix était de plus en plus forte. Sans même la regarder, le prince continuait sa lecture comme si de rien était. Cela dit, les sanglots de la jeune inconnue semblait le déranger de plus en plus. N'ayant pas remarqué sa présence, la petite lycéenne faisait son monologue à coeur ouvert.


-" Je déteste cette vie, je déteste vivre, je déteste ce monde, je vous déteste tous... "
-" S'il te plait. Peux-tu éviter de pleurer ici. Tes larmes m'empêchent d'apprécier ma lecture. "
-" Hein ? "
-" Oh. C'est donc toi. "

Se contentant de lever son regard en direction de celle-ci, Domyoji venait de remarquer que la nouvelle lycéenne qui avait fait sa venue au sain d'Eitoku n'était autre que la jeune créature qu'il avait rencontré la nuit dernière. Avec son uniforme de lycéenne, elle était vraiment mignonne. Le jeune homme la regardait à travers ses mèches. Celle-ci avait aussi surprise que l'autre soir. Les yeux écarquillaient, la bouche grande ouvert... Tsukasa ne put que s'empêcher d'esquisser un petit sourire en coin. Se levant difficilement, le jeune héritier avançait à pas lent en direction de l'adolescente, une main dans la poche et l'autre le long de son corps, maintenant son tome. Celle-ci était plongée dans le regard charmeur et irrésistible du lycéen riche qui se présentait face à lui. Comme pour en rajouter une couche, le solitaire approchait étrangement son visage près du sien plongeant à son tour son regard dans celle-ci. Ses yeux noisettes étaient magnifiques la nuit ? Eh bien il faut croire qu'ils l'étaient encore plus en vrai. Son visage semblait angélique la nuit dernière ? C'était faux. Même un ange ne pourrait avoir cette face. Sa beauté ne pouvait venir de ce monde... Si le paradis existait vraiment, alors c'était probablement de là-bas qu'elle devait venir. Au milieu de ce balcon, le vent se levait faisant voltiger les cheveux des deux lycéens au même moment. Se regardant amoureusement dans les yeux, un silence régnait entre les deux. Cassant cette paix qui semblait prospère, Tsu lui répétait une seconde fois ce qu'il venait de dire sans le « s'il te plait » cette fois ci. Sa voix était douce et limite sensuelle. La jeune adolescente restait un moment les yeux et la bouche grande ouverte. Puis elle se mit subitement à fouiller dans sa poche. Elle en sortait un mouchoir luxueux, se penchait en avant et elle le tendait en direction du jeune homme. D'une voix trop mimi, comme si celle-ci lui boudait, faisant la moue elle prononçait...

-" Je-Je ne pleure pas ! Qu'est ce que tu crois ? J'aime juste m'isoler seule, ici... Désolé, je m'en vais et... M-merci pour le mouchoir. "

]left]Un silence régnait. Soudainement, le jeune homme essayait tant bien que mal de camoufler ses ricanements. La jeune femme se redressait. Elle avait une petite bouille trop mignonne. Comment pouvait-elle être si forte et si fragile à la fois ? Le prince ne se moquait pas d'elle, il riait surtout parce qu'il n'arrivait pas à la comprendre. En y réfléchissant attentivement, c'était peut-être pour cette raison que cette inconnue lui plaisait tant. Habituellement, tout lui semblait logique. Mais elle... C'était un énigme à elle toute seule. Lorsqu'il croisait son regard, Tsukasa remarquait qu'elle avait encore une larme sur sa joue. Comme l'autre soir, il lui essuyait cette larme d'un simple revers de la main. Esquissant un petit sourire en coin, Domyoji rangeait son tome dans sa poche arrière. Par la suite, il contemplait une dernière fois sa belle et... Une chose improbable se produisait. Silencieusement, le jeune riche cédait son royaume à la jeune femme. Quittant les lieux, Tsu séchait les deux heures de cours suivantes. Pourquoi l'avait-il laissé seule ? Le jeune homme pensait que ces derniers temps devaient certainement être dure pour elle. Incroyable ! C'était bien la première fois qu'il se souciait d'une personne. Le jeune solitaire rentrait chez lui, tuant le temps comme il le pouvait.

Le soir même, le jeune homme reprenait sa routine habituelle en voiture. Et étrangement, à quelques mètres de là, dans le parc une femme était assise sur une balançoire. Probablement qui vous savez. Quittant sa voiture, avec une nouvelle veste luxueuse, des nouvelles pompes, des nouveaux bijoux et une coiffure irréprochable, le jeune homme se rendait à pied en direction des pleures qu'il pouvait entendre de plus en plus clairement. Ses pompes blanches frottaient la pelouse. Plus il avançait, plus Tsu pouvait distinguer le regard humide et perdu dans le vide de l'adolescente. Ses frottements interpellaient la jeune femme. Lorsqu'elle redressait sa tête, on pouvait remarquer que ses larmes rendaient ses yeux pétillants de nature encore bien plus brillants que n'importe quels bijoux sur terre. Ses lèvres semblaient mis en valeur par du gloss. Un simple regard échangé entre les deux jeunes adolescents avant que Tsukasa posait ses fesses sur la balançoire qui se trouvait à côté et libre. Cette pleurnicheuse aimait visiblement traîner dans cet endroit. Saisissant une chaîne qui maintenait la balançoire à l'aide de sa main droite et feuilletant un nouveau tome avec l'autre main, Domyoji se balançait à ses côtés sans se soucier d'elle. Celle-ci semblait hagard. Le comportement du jeune prince le troublait. Dans ce parc, il y avait un contraste flagrant entre Tsu qui semblait simple et la nouvelle élève qui semblait triste. Elle ne le lâchait pas des yeux. Son regard pesait beaucoup sur le solitaire. Fatigué de sentir son regard perçant, le jeune homme arrêtait de se balancer. Sans poser le moindre regard, feuilletant toujours son livre il prononçait d'un air hautain...

-" Tu ne devrais pas rester seule. "
-" … Je me sens bien lorsque je suis seule. "
-" Oh. Vraiment. Dans ce cas, pourquoi pleures-tu lorsque tu es seule ? "
-" ... "

A ces mots, la jeune femme restait silencieuse. Arrêtant sa lecture, le solitaire regardait la pleurnicheuse du coin de l'oeil. Celle-ci avait la bouche ouverte, comme si elle essayait de chercher les mots. Tout compte fait, elle restait silencieuse. Sa réaction était très intrigante. Quelle fille étrange ! Soudainement, elle avait marmonné une petite phrase qui devait être « Ressaisis-toi Makino ! » Oh. Était-ce donc son nom ? La lycéenne essayait tant bien que mal de sécher ses larmes. Puis, comme tout à l'heure elle refaisait la même bouille que la dernière fois. Celle-ci ressemblait vraiment à une petite gamine capricieuse. Lâchant son tome qui se trouvait toujours à mi-hauteur et proche de ses yeux, Tsukasa esquissait cette fois-ci un large sourire. Elle le fixait... Soupirait en baissant la tête puis, elle descendait de la balançoire et elle lui fit face en fronçant les sourcils. L'avait-il offensé ? Ce n'était pourtant pas son but. Domyoji voulait sincèrement savoir pourquoi elle pleurait sans cesse de la sorte. Et pourquoi venir se recueillir dans un lieu comme celui-ci ? Pour pleurer, il y avait d'autres endroits bien plus approprié pour cela. Le jeune homme cessait de la regarder et il se mit à regarder les étoiles. Un vent s'élevait faisant virevolter ses cheveux bruns. Pointant du doigt le jeune prince, l'adolescente grimaçait légèrement avant de prendre une voix limite grave et un peu plus forte que d'habitude. Mais... Pour la première fois, Tsu lui coupait la parole.


-" J-Je ne pleures pas ! Et puis d'abord qu'est-ce qu'... "
-" Les étoiles sont magnifiques ce soir. Je vais rester à tes côtés. Juste ce soir... Makino-chan. "
-" P-Pour-quoi ? Pourquoi tu ferais ça pour moi ? "
-" ¤ Parce qu'il n'y a rien de plus malheureux, que d'être moins de deux. ¤ "

Un regard de pur beau gosse lancé en direction de la jeune femme avec un sourire en coin. Makino s'était mise à rougir. Dans les yeux de celle-ci, on pouvait voir les larmes lui monter, rendant son regard encore plus pétillant et sublime qu'il ne l'était auparavant. Lorsque leurs regards se croisaient, Tsu fut une nouvelle fois touché. La raison ? Ses pupilles étaient si magnifiques et si lumineuses qu'on avait l'impression que les cieux s'étaient inspirés des étoiles pour former l'éclat de ses yeux. Le soir même, les deux jeunes adolescents faisaient une promenade bucolique. Marchant sur la pelouse, le silence avait prit place. Peu à peu, le silence disparut laissant place à quelques mots. Peu à peu, ils mirent leurs timidités de côtés et ils assemblaient ses mots créant ainsi des phrases. Peu à peu, ils prient leurs courages à deux mains et à l'aide de ces phrases, ils dévoilaient leurs sentiments l'un pour l'autre . Envoûté par sa sublime beauté, le jeune homme avait succombé. Entraîné dans le courant qu'est l'amour, pour elle, Tsukasa aurait même pu vendre son coeur. Mais qu'importe ce qu'il achèterait ou ce qu'il vendrait, cette créature n'avait pas de prix... Tout comme son amour pour elle ! Sous cette nuit étoilée, allongé sur la pelouse, un long et tendre baiser marquant ainsi le début de leur histoire d'amour. L'inconnue se sentait seule dans cet univers, le solitaire se sentait isolé de ce monde. La jeune femme était envahie par le chagrin, le jeune homme était envahi par la tristesse. Dans ses yeux, la lycéenne y avait trouvé de l'espoir. Dans ses yeux, le lycéen y avait trouvé une raison de vivre. Elle était amoureuse d'un prince, il était amoureux d'une princesse. L'adolescent a vu en elle, un ange d'une pure merveille. L'adolescente a vu en lui, un diamant d'une pure beauté. Les deux amoureux étaient perdus dans ce monde, ce soir ils se sont trouvés dans cet univers. Au début ils étaient seuls. Maintenant, ils ne sont plus qu'un...


Il n'y a rien de plus merveilleux, que d'être nous deux.
Spoiler:
 

Les jours passaient. Qui aurait pu croire que le bonheur, c'était tout simplement d'être deux ? Le jeune loup solitaire qu'il était auparavant, avait disparu. Les journées semblaient si splendides. La routine avait disparu. Le fils de l'empereur avait trouvé une occupation bien plus importante que ses manga : Makino remplissait ses journées. En un très court laps de temps, une grande complicité c'était installé entre les deux adolescents. Les deux lycéens allaient passer un moment romantique ensemble. Le jeune Domyoji avait réservé l'un dès restaurant les plus luxueux de Tokyo. L'après midi, le jeune homme avait passé son temps à se perfectionner. Son costume était digne d'un prince. Ses chaussures valaient une fortune, ses bijoux étaient scintillants. Un petit béret blanc assortit à sa veste lui donnant encore plus de classe et d'élégance. Bien évidemment, Tsukasa avait pensé à prendre un énorme bouquet de fleur pour sa belle princesse. Par la même occasion, il achetait une bague d'une valeur inestimable. Après tout, rien était trop beau pour une princesse de son niveau. L'une des choses qu'il aimait chez elle, c'était son côté mystérieux. L'adolescent avait parfois du mal à la cerner dans certain cas. Bien qu'ils sortaient ensemble, il savait que très peu de choses sur elle. Ce soir, il serait grand tant d'en découvrir un peu plus sur celle-ci...

Étrangement, depuis ce baiser partagé sur ce parc, le ciel lui semblait magnifique. La vie semblait différente. Pourtant, il était clair que rien avait changé : Toujours aussi riche, toujours le même, toujours le même lycée avec les lycéens arrogants... Mais la présence de cette jeune femme dans sa vie avait complètement tout chamboulé. Même si devant elle il ne le reconnaîtrait jamais, Makino illuminait ses journées. Et lorsqu'il la quittait le soir, Tsukasa n'avait qu'une envie, c'était de la retrouver. Enfin, dans sa voiture blanche luxueuse, le bouquet de fleur posée sur ses genoux ainsi que sa bague dans la poche, Tsu s'amusait à regarder les piétons qu'il voyait sur le trottoir à travers sa vitre à peine tintée. Regardant sa montre, le fils de l'empereur se rendait compte qu'il était en retard de cinq bonnes minutes. Une fois arrivée à destination, avec délicatesse il sortait de sa voiture. Le jeune homme donnait quelques directives à son chauffeur avant de claquer la porte et de se diriger vers le restaurant. Devant l'entrée de ce restaurant, une asiatique avec de longs cheveux soigneux. Sa robe s'arrêtait au-dessus de ses genoux. On pouvait clairement distinguer son décolleté mis en valeur par sa forte poitrine. Des jambes assez féminines et surtout... Des talons relativement hautes. Une tenue assez sexy pour une lycéenne. Tsukasa était perplexe mais, il essayait de le cacher. La rejoignant à pas lent, il se contentait de la regarder dans les yeux. Une fois qu'il se trouvait devant celle-ci, Makino se plaçait à ses côtés et elle lui mettait un taqué. « Tu es en retard, baka ! » Avait-elle dit. En réponse, il lui offrait le bouquet de fleur. Le jeune brun avait prétexté qu'il était en retard car il lui avait acheté ce bouquet.

Pénétrant le restaurant, la jeune adolescente fut extrêmement surprise de voir qu'il n'y avait aucun client. Lorsque le fils de l'empereur lui expliquer qu'il l'avait réservé spécialement pour ses beau yeux, elle poussa un cris d'étonnement qui résonnait quelques kilomètres plus loin. Quoi qu'il en soit, installé devant l'une dés table, ils passaient tout deux un moment agréable. Quelques blagues de la part de Tsu, une bouille de boudeuse venant de Makino... Ils étaient heureux. Les lumières rendaient une nouvelle fois son regard sublime. Son gloss brillait. Ses lèvres semblaient si savoureuses. Le jeune brun ne put s'empêcher à l'embrasser. Lorsque le serveur servait le repas, la jeune femme dévorait son steak tel un requin. Elle mangeait vraiment comme un homme ! De grandes bouchées en bouche, des mâchements fait la mâchoire grande ouverte, la sauce coulant en coin de la bouche... Le fils de l'empereur, lui qui était habitué aux bonnes manières restaient bouche bée devant cette scène. Elle avait l'air affamé... Il n'avait même pas eut le temps d'ingurgiter une bouchée, il fixait la jeune femme avec attention. Stupéfait face à ce spectacle, il se contentait de manger son assiette à l'aide son couteau et de sa fourchette avec finesse. Le contraste était assez affligeant dans les gestes : Tsu prenait l'extrémité du mouchoir pour s'essuyer la bouche. Makino prenait la totalité du mouchoir pour s'essuyer la bouche. Elle mangeait comme un gamin devant une glace. Elle était trop mignonne à se concentrer ainsi devant son plat.

-" J'aimerai tellement qu'on vive éternellement ensemble... "
-" Pourquoi ? "
-"¤ Parce qu'il n'y a rien de plus merveilleux que d'être nous deux ! ¤ "

Un silence régnait. Puis, comme sur le balcon du lycée, Tsukasa essayait de masquer son rire moqueur en mettant la main devant sa bouche et en détournant légèrement la tête. Elle venait de remixer la phrase qu'avait prononcé le fils de l'empereur. La jeune femme fronçait les sourcils avant de hausser le ton. Domyoji lui caressait la joue par la suite avant d'esquisser un petit sourire. Après le repas, ils quittaient le restaurant pour faire une petite balade en voiture. Les deux adolescents faisaient un petit tour en limousine, faisant le tour de Tokyo. Ce soir là, le jeune homme n'avait pas eu le cran de lui donner cette bague. Peut-être était-ce beaucoup trop tôt ? Gardant cette bague dans le fond de sa poche, il se contentait de lui sourire et de profiter de chaque instant qu'il vivait à ses côtés. Le temps semblait si long et si paisible à ses côtés... Pour rien au monde il voudrait la quitter. Le jeune prince voulait faire d'elle une princesse. Bien sûr, il fallait rectifier deux/trois choses, comme ses bonnes manières mais... Elle ferait une bonne princesse, Tsukasa n'en doutait pas une seule seconde. Le soir, la raccompagnant en limousine jusqu'à chez elle, le jeune homme se rendait compte qu'elle vivait dans un lieu assez paumé et surtout pauvre. Sa petite amie vivait dans un bâtiment qui ressemblait plus à une ruine qu'autre chose. Comment une telle créature pouvait vivre dans ce lieu ? Il aurait bien voulu voir l'intérieur mais Makino l'embrassait avant de quitter la limousine. Elle ne voulait visiblement pas qu'il voyait son environnement. Regardant sa silhouette pénétrer ce bâtiment crasseux, le jeune homme s'en allait en limousine chez lui. La soirée s'achevait ainsi...

Trois longues semaines s'étaient écoulées depuis. On était le 10 septembre, c'était l'anniversaire de Makino. Tsukasa se creusait la tête pour lui trouver un cadeau qui pourrait à la fois lui prouver son amour pour elle et dans un même temps, un cadeau qui lui plaisait. Après mur réflexion, quel plus beau cadeau d'anniversaire qu'une bague de fiançailles ? La bague qu'il n'avait pu donner auparavant se trouvait toujours dans la poche de son pantalon. Il lui arrivait de l'observer pendant des heures et des heures. Durant ces trois semaines, le fils de l'empereur lui avait offert un portable, des vêtements de luxes, des accessoires diverses... Mais cette bague et cette déclaration qu'il voulait lui faire, c'était comme grimper le Mont Everest sur les mains. Domyoji avait cherché les mots justes pour faire sa déclaration. Il l'avait tellement répété qu'il connaissait par coeur ce qu'il allait lui dire. Par moment, le fils de l'empereur lui arrivait même de s'entraîner devant un miroir s'imaginant être devant sa belle. Enfin, une fois sur de lui, il envoyait un message à sa petite amie. « Rejoins-moi, là ou tout a commencé. » Tsu voulait bien sur parler du parc, le moment ou ils avaient changés leur premier baiser. Enfilant sa veste, il montait dans sa voiture personnelle et le prince allait dans le parc. Étrangement, pour la première fois il était le premier arrivé. Pendant plus d'une demi-heure, le jeune homme va attendre sa belle.

Une heure passait, deux heures, puis... Se rendant compte qu'elle ne répondait pas à ses appels, ni à ses sms, le jeune prince remontait dans sa voiture histoire de se rendre jusqu'à devant ce bâtiment crasseux qui lui servait d'abri. Soudain, son portable s'était mit à sonner. Le numéro de sa belle était affiché. Lorsqu'il décrochait, c'était la voix d'un homme. Celui-ci lui annonçait une nouvelle qui criblait le coeur du jeune prince. Ironie du sort ? Dieu jouait-il avec leur destin ? Le jour de son anniversaire, le jour ou le lycéen allait faire sa demande, le jour ou une nouvelle vie allait débuter, le jour ou Makino allait devenir sa femme... Celle-ci trouva la mort lors d'un accident. Percuté par un camion, d'après les secours. Se rendant sur les lieux à toute vitesse, Tsu vit le sang de sa belle tacher le sol. Étalé sur la rue en étoile de mer, on pouvait distinguer le sang qui prenait de plus en plus de place sur le sol. Domyoji poussait les gens qui se trouvaient dans les environs. Les secours étaient déjà sur place. Mais bien évidemment, il n'y avait rien à faire : Elle était déjà morte. La pluie commençait à tomber sur Tokyo. Tournant le dos à son cadavre inerte, versant des larmes qui étaient camouflées par la pluie, le jeune prince s'en allait. Le temps semblait figé. A quoi bon servait de vivre ? Sa raison de vivre avait disparu. Non loin de là, se trouvait un immeuble d'environ six étages. Montant sur le toit de cet immeuble, Tsukasa se jeta dans le vide...

Les mois suivants furent difficiles. Échappant de peu à la mort, il lui fallait des mois pour récupérer toutes ses facultés. Après cela, sa mère payait des professeurs de diverses arts martiaux afin que celui-ci récupérait des forces et afin d'apprendre son fils à se défendre. Par ailleurs, elle pensait que cela pouvait être un excellent passe-temps pour lui. Une année et demi s'était écoulée depuis. Le jeune prince, accompagné de sa mère déménageait à Nagoya. Pourquoi ce lieu ? En réalité, il n'y avait pas vraiment de raison particulière. Il lui fallait un point de départ, une nouvelle vie, quelque chose qui lui permettrait d'oublier cette histoire d'amour qui n'était qu'une illusion. Dans cette ville, se trouvait un lycée. Le jeune homme aurait très bien put prendre des cours à domicile cependant, l'ennuie l'aurait plus tué qu'autre chose. Tsukasa avait donc pensé que ce lycée pourrait devenir son nouveau passe-temps. L'amour de sa vie l'avait quitté. Seul, triste et malheureux, le jeune homme avait très vite compris qu'il était destiné à être seul. Le lycée Shimizu lui servait à tuer le temps. Son visage était redevenu aussi triste, plus aucun sourire d'affiché depuis. Lisant son tome, à pas lent, le jeune homme descendait de sa voiture et il se dirigeait vers les portes d'entrées du lycée. « Une année à tuer. » Il espérait rencontrer des gens intéressants, quelque chose qui lui redonnerait l'envie de vivre, un truc captivant... Mais qu'importe ce qu'il ferait, car même l'amour le quitterait un jour ou l'autre. Sa chérie a été tué car...
¤ Le temps est assassin, tout comme l'amour lorsqu'il touche à sa fin. ¤


*Long moment de silence*
« ... Un grand homme a dit un jour : " Un roi n'est rien sans sa reine. " Si l'on considère que je suis le roi, et que Makino était ma reine alors je peux le confirmer : Avec elle j'étais quelqu'un. Sans sa présence, sans ses yeux, sans sa voix, sans son odeur, sans ses lèvres, sans son corps, sans... Sans toi Makino, je ne suis plus rien. Ai-je déjà était quelqu'un sans toi ? Pathétique. Je suis encore plus faible qu'une fourmi. J'ai perdu ma seule raison de vivre. A quoi me sert ma fortune, si je ne peux pas protéger ma seule raison de vivre ? Vous savez, l'amour est pleine de promesses. Elle veut vous faire croire qu'elle restera à vos côtés éternellement. Makino avait promis de partager l'infini avec moi. Comme un imbécile, j'y ai cru. Dieu a vu en elle, la seule choses qui me plaisait. Pour satisfaire son sadisme, il lui ôta la vie. Dieu s'amuse en nous regardant souffrir. Dieu nous offre les plus belles choses pour nous les reprendre un jour ou l'autre. Et voilà ou j'en suis aujourd'hui. Seul dans ce monde, a chercher une nouvelle fois une raison de vivre, la raison de mon existence. Je n'ai aucune haine en moi. Je ne ressens que de la tristesse. Le bonheur est éphémère. La vie, c'est une succession alternative entre le bonheur et le malheur. La vie, c'est aussi une soif de conquête pour l'homme. Moi à qui Dieu avait tout donné, que puis-je demander de plus ? Moi qui ne ressens ni joie, ni malheur, que vais-je devenir ? Je n'ai plus rien à attendre de ce monde. Finalement, je n'aurais jamais dû quitter cette bulle. Je n'aurais jamais dû offrir mon coeur à cette femme. Je n'aurai jamais dû m'approcher de cette inconnue dans ce parc. Je n'aurais jamais dû lui dire " je t'aime ". Son absence me hante et me manque. Triste et isolé de ce monde... Je suis destiné à être seul. »

Secrets of the other side.

→ Depuis combien de temps faites-vous du RP ? Je ne saurais le dire avec exactitude.
→ Comment avez-vous connu le forum ? Par Sanako Arima.
→ Avez-vous un double compte ? Non.
→ Personnage de votre avatar ? Aucune idée.
→ Quel est le code règlement ?


Dernière édition par Tsukasa Domyoji le Sam 16 Juin - 18:13, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lycee-shimizu.1fr1.net/t8583-tsukasa-domyoji-termine
Tsukasa Domyoji
Fils de l'empereur
avatar

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 24
Localisation : Isolé de ce monde.
Emploi : Fils de l'empereur.
Loisirs : Lire mes tomes.
Date d'inscription : 28/05/2012

Feuille de personnage
Age: 18
Situation personnelle: Célibataire
Sort avec: Ma solitude

MessageSujet: Re: Tsukasa Domyoji. [ Terminée. ]   Sam 16 Juin - 1:54

Up !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lycee-shimizu.1fr1.net/t8583-tsukasa-domyoji-termine
Snake J. Foster

avatar

Féminin Nombre de messages : 77
Age : 25
Localisation : Ne me cherche pas, je te trouverai
Date d'inscription : 20/12/2010

Feuille de personnage
Age: 24
Situation personnelle: Célibataire
Sort avec: Sortir est un bien grand mot...

MessageSujet: Re: Tsukasa Domyoji. [ Terminée. ]   Dim 17 Juin - 21:57

Bienvenue au lycée, Tsukasa ~

Il m'a fallu du temps pour lire tout ça mais j'en suis venue à bout. Et je pense que tu ne sera pas étonné de savoir que je vais te valider x). Mais avant je voudrais te donner quelques conseils pour tes rps, parce que certaines choses m'ont un peu chiffonnée.

Tout est absolument clair, tu donnes une foule de détails pour chaque faits et gestes de ton personnage, et c'est super. Seulement, je trouve que parfois tu te perds un peu trop parmi ces détails et que tu en oublies l'essentiel... Ce qui fait que la majeure partie de ton histoire est consacrée à sa relation avec Makino, et du coup le reste passe un peu à la trappe, même si le principal est là.

Ensuite j'ai remarqué que tu utilisais toujours l'imparfait, alors qu'il y a des passages où le passé simple aurait été plus judicieux. Surtout quand tu fais un arrêt sur un évènement dans ta narration. Par exemple "Tsukasa était perplexe mais, il essayait de le cacher. La rejoignant à pas lent, il se contenta de la regarder dans les yeux. Une fois qu'il se trouva devant celle-ci,...". C'est juste plus agréable à la lecture.

Enfin évidemment, tu n'es pas obligé d'en tenir compte, ce que tu as fait suffit largement à être validé. Donc je m'en vais le faire tout de suite, et je te souhaite de bien t'amuser ! o/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukasa Domyoji
Fils de l'empereur
avatar

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 24
Localisation : Isolé de ce monde.
Emploi : Fils de l'empereur.
Loisirs : Lire mes tomes.
Date d'inscription : 28/05/2012

Feuille de personnage
Age: 18
Situation personnelle: Célibataire
Sort avec: Ma solitude

MessageSujet: Re: Tsukasa Domyoji. [ Terminée. ]   Dim 17 Juin - 22:46

Je te remercie. ^^

Pour la narration, j'emploie rarement le passé simple car je me sens beaucoup plus à l'aise avec l'imparfait. Cela dit, je prendrai compte de tes conseils.

Désolé pour cette lecture éprouvante, j'ai l'habitude de faire de longues présentations. Merci encore pour tes précieux conseils, je tacherai de m'en souvenir à l'avenir. =)


Tsukasa Domyoji.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lycee-shimizu.1fr1.net/t8583-tsukasa-domyoji-termine
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tsukasa Domyoji. [ Terminée. ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tsukasa Domyoji. [ Terminée. ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARCHIVES :: ARCHIVES & Co :: ADMINISTRATION :: Fiches de présentation-
Sauter vers: