AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Ven 16 Juil - 16:46

    Alors que le "couple " s'il en était un se dirigeait vers le lycée, Shuya était en pleine réflexion avec lui-même. Rien n'aurait pu le faire décrocher de son petit monde, Akane y parviendrait peut-être qui sait, mais bon c'est difficile à dire. Son esprit cogitait sur ce qu'il allait bien pouvoir faire et surtout où est-ce qu'il allait l'emmener. N'ayant pas vraiment de plan et n'ayant pas découvert tout le bahu il lui était difficile de choisir le meilleur endroit possible pour être au calme et seul avec son amie. Alors sans trop de solutions, il opta pour le dortoir de sa classe. Trempé, il devenait urgent de se changer afin d'éviter la pneumonie ou autre rhume interminable et dérangeant. Il risquerait en plus de contaminer toute la chambre. Enfin bon s'il y a quelqu'un d'autre dans la chambre, car il faut bien l'avouer Nanahara n'est pas encore allé dans les dortoirs depuis son arrivée. Ce qui lui fit penser que pour se changer, il allait d'abord devoir passer par les casiers pour reprendre sa valise et autres affaires qu'il avait rangé dans le placard métallique en attendant. Les deux oiseaux inséparables arrivèrent face à la porte de l'école. Shuya retira son bras du cou de la jeune femme en vue de la précéder pour lui ouvrir la porte. Il la laissa ainsi s'engouffrer la première dans le lycée. Une fois à l'intérieur, l'étudiant senti une température plus agréable qui empêcha son grelottement du à l'humidité de ses vêtements. Bref, les casiers se situaient non loin d'ici, s'y rendre irait vite.

    " Je dois récupérer mes affaires avant d'aller là où nous allons. Suis moi. "

    Il la prit par la main et marcha rapidement à travers les quelques couloirs étroits avant de déboucher sur l'immense alignement d'acier des dizaines de casiers gris. Le sien, le quatorze était perdu au milieu d'autres. Le trouver pour la quasi première fois ne fut pas simple mais il y parvint. Shuya en dégagea tout son contenu, excepté ses cahiers dont il n'avait pas besoin. Après quoi, il le referma et pu ainsi guider Akane jusqu'aux dortoirs. Quand ils y arrivèrent, Nanahara découvrit que l'endroit était vide ou presque. La pièce était grande mais entrecoupée par des cloisons de manière à rendre un peu plus personnelles les chambres -si l'on peut appeler cela ainsi-. En somme, les étudiants étaient casés par deux dans chaque box. Heureusement il n'y en avait pas de précis pour telle ou telle personne. De ce fait là, Nanahara en choisit un où il n'y avait personne pour avoir la paix. C'est ainsi qu'il arriva dans une pièce avec fenêtre et bureau. Il prit possession des lieux, et s'il aurait pu, le lycéen aurait planté son drapeau dans le matelas pour indiquer son territoire.

    "Ce sera ma chambre héhé. Tu en as une toi ?"

    Shuya savait qu'Akane n'était pas là depuis bien longtemps, mais elle pouvait avoir déjà trouvé sa chambre. Il ouvrit sa valise et commença à en sortir des affaires et vêtements qu'il rangea dans l'armoire près du bureau et dans la petite table de nuit près du lit. Au moins, il ne manquait pas de confort même s'il avait déjà connu mieux.

    "Ca ne te dérange pas si je me change vite fait ? pose toi si tu veux "

    Avant même qu'elle lui réponde quoi que ce soit, Nanahara retira sa veste et son t-shirt complètement trempé. Il n'aimait pas trop être dans des vêtements humides. Il les étala sur la chaise de bureau puis se retourna vers sa valise afin de prendre d'autres vêtements secs et propres. Il n'était pas du tout gêné d'être dans un tel accoutrement devant Akane...



Dernière édition par Shuya Nanahara le Sam 24 Juil - 1:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Ven 16 Juil - 20:44

[[[ HJ : marre des mes romans trop détaillés. Tu peux lire juste la fin, ça suffira xD ]]]

Shuya avait, de manière assez évidente, accepté l'invitation de Akane en la prenant par le cou, comme un couple déjà complice à qui la vie souriait. Pourtant, ce stade là n'était pas encore atteint, et ce n'était pas pour l'immédiat. Et alors qu'ils se baladaient - balader était un grand mot pour cacher le fait qu'il tirait le jeune fille par la main, et entretenait un pas rapide - tous les deux dans les couloirs du lycée, elle se demanda l'impression ils donnaient. Avaient-ils l'air d'un couple, un vrai...? C'était une question qui revenait régulièrement dans l'esprit de l'étudiante. N'ayant pas accès à la réponse, c'était un peu normal. Comme un enfant qui n'aurait pas eu le bonbon qu'il convoitait, ça revenait sous forme de coups de bélier. Cherchant la réponse. Mais y avait-il une réponse, au moins..? Encore une question qui occupait un esprit déjà infidèle au minimum de concentration requis pour vivre. Un mal pour un bien. Cela empêchait la jeune fille de trop penser au fait qu'elle tremblait telle une feuille fragile au vent.Cela allait sûrement passer quand ils trouveraient l'endroit pour être tranquille, abrités des regards trop curieux ou des voix trop porteuses. Ils avaient combattu le silence pour finalement le vouloir. Paradoxe ou logique de l'intimité...?
Akane fut extirpée de ses pensées et ses questions lorsqu'elle se rendit compte qu'elle et lui étaient devant la vie scolaire, et qu'il récupérait ses affaires. Il savait où ils allaient. Ce n'était pas à lui de décider puisque l'invitation émanait d'elle, mais ça n'était pas plus mal. Akane n'ayant pas trop parcouru le lycée..et le peu qu'elle a visité, elle ne s'en souvient plus.
Pendant que Shuya prenait ses valises, sembla-t-il, elle patientait juste devant la salle où elle avait aussi posé les siennes. Devait-elle les récupérer..? Non. Elle n'en voyait aucune utilité, à part avoir des vêtements secs. Mais elle ignora cette voix de la raison qui avait soudainement pris possession d'elle. Sa nouvelle moitié lui prêterait des fringues si elle ne séchait pas assez vite. Pour le moment, la question n'était pas là, et surtout, ce n'était pas le souci principal.

Shuya, une fois équipé de ses bagages, reprit la main d'Akane pour la traîner, encore, dans les couloirs, à effet labyrinthe, du lycée Shimizu. Ils arrivèrent à destination. Enfin, elle ne le su pas immédiatement, c'est quand il déposa ses valises dans une chambre du dortoir des 2.B qu'elle tilta. Les dortoirs, ...quelle bonne idée, n'est-ce pas? Elle se planta devant l'entrée alors que lui, affichait une sorte de faciès victorieux d'avoir déniché une place pareille. C'est vrai que l'endroit méritait l'adjectif "idéal". Il n'était pas exposé aux regards tant craints de la jeune fille, et il était quelques peu isolé, mine de rien. Akane vit le jeune homme commencer à vider ses valises, et ranger le contenu sorti dans une armoire près du lit. C'était un rapide, on dirait.
Il l'invita ensuite à se détendre dans cette chambre, et lui demanda ensuite si elle était gênée qu'il se change. Mais losqu'elle ouvrit la bouche juste pour répondre à cette question par une négation polie, il retira ses vêtements. D'abord sa veste et puis son tee-shirt. Lui aussi était mouillé, et il était compréhensible qu'il veuille se mettre plus à l'aise avec des vêtements secs, ou tout simplement torse nu. Le lycée Shimizu était chauffé, il faisait donc bon dans les chambres. Akane était d'ailleurs un peu plus aisée aussi de son côté. Elle ressentait toujours ce froid, assez persistant et agressif, mais ça s'était amélioré comparé à l'extérieur.

« Shuya, je suis toute mouillée, je ne peux pas m'assoir, fit-elle, esquissant un rire amusé. En plus, j'ai froid, mine de rien, ils chauffent, mais trempés comme on l'était, tu vois ce que je veux dire...»

C'est avec le sourire et sur le ton de l'humour qu'elle avait parlé. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas eu un si bel élan de bonne humeur. Vraiment longtemps...
Eux deux toujours debout, elle s'approcha de lui, avec un regard coquin, mais pas trop, lui embrassa l'épaule. Seulement parce qu'elle le voulait.

« Dis, tu n'aurais pas quelques vêtements pour moi, je te les rendrai lavés quoi qu'il arrive, bien sûr. J'ai complètement oublié de prendre mes valises. Puis quelle utilité, je n'allais pas les prendre pour les déplacer après. Faut encore que je me trouve un fichue chambre. »

Elle lui avait dit ça, tout en évitant de le regarder entièrement. Habillée et mouillée, il était difficile pour elle de résister à la tentation racoleuse de se coller à lui et sentir la chaleur de son torse sculpté. Elle lui avait embrassé l'épaule, et ça avait été un défi. Même si de premier abord, il ne semble pas qu'elle soit tactile, Akane l'est en fait extrêmement, surtout les choses qui lui plaisent. Ici, l'objet de convoitise aiguë, c'était lui, Shuya, torse nu. Au milieu de la pièce. Qui la regardait. Près du lit. Il y avait tellement d'idée qui pouvaient naître, devant un tel tableau de circonstances. Et maintenant, le choix était de décider entre peindre ou imaginer la peinture... Il fallait espérer que ces idées ne se voyaient pas dans les yeux. Akane serait cataloguée fissa dans une catégorie de filles qu'elle est loin d'être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Sam 17 Juil - 22:54

    Alors que Nanahara déballait ses affaires pour enfin les ranger là où il le faut dans sa chambre, les mots d'Akane le perturbèrent pour ainsi dire. Alors qu'elle lui parler en évoquant un fait peu amusant, la jeune Sunao eu un air malicieux. Ces mots, biens choisis et probablement de manière volontaire, eurent un effet sur lui. Le pire c'est qu'elle continuait et commençait à donner une toute autre dimension à la situation. Alors qu'à la base ils ne faisaient que parler dans une chambre banale et sans saveur, tout devint progressivement plus... chaud pour ainsi dire. Alors avant qu'il ne puisse lui répondre de s'asseoir tout de même, que ça ne le dérangeait pas que son lit soit humide car après tout il finirait par sécher, son amie s'approcha et lui embrassa l'épaule. Nanahara attrapa la main d'Akane - senti ainsi sa douceur - et la posa sur son torse, au niveau de son coeur comme pour le lui faire sentir et ressentir. Le tout avec un sourire totalement con, mais qu'il n'arrivait pas à retirer de son visage parce qu'il était content.

    Après quoi, la lycéenne émit une requête au lycéen. Ce dernier l'écouta alors attentivement sans savoir ce qu'elle allait lui demander. Peut-être de s'installer ici dans cette chambre à moitié investie par lui-même. Ou alors, elle souhaitait peut-être aller ailleurs, faire autre chose... Finalement non, tout ce qu'elle souhaitait était son accord pour qu'elle enfile quelques uns de ses vêtements afin de ne plus être trempée. Sans lui répondre, Nanahara fouilla dans ses affaires pour lui trouver quelque chose qui pourrait lui aller. Mais bon n'étant pas féminin, il ne trouva rien qui serait parfait sur elle.

    "Désolé j'ai laissé mes robes chez-moi... ahah. ... Tiens, prends ça ça devrait aller. "

    C'est sur le ton de l'humour que le jeune homme lui donna des vêtements. Un t-shirt noir sur fond de groupe rock et un pantalon assez banal. L'ambiance était bien meilleure à présent. Shuya sentait Akane bien plus libérée et souriante que jadis. Il continua à ranger ses affaires dans l'armoire sans chercher à se retourner. Il se rendit rapidement compte qu'Akane aurait envie d'être seule pour se changer, probablement serait-elle gênée de le faire en sa présence. Il s'approcha donc d'elle, l'embrassa et lui dit avant de passer la porte :

    "Dis moi quand t'as fini, je reviendrais... j'attends dans le couloir "

    Il sourit, radieusement et quitta la pièce laissant ainsi à Akane le soin de se changer comme bon lui semble. Adossé contre le mur, les mains dans les poches Shuya observa dans les deux directions afin de voir si des signes de vies il existe ici. Rien. Alors en attendant, il consulta son portable et répondit à quelques messages...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Dim 18 Juil - 1:02

Tous les deux semblaient se mettre à l'aise sur tous les points de vue, autant physiques que mentaux, car même Shuya tentait l'humour léger. Ce qu'il avait dit faisait, cependant, déjà plus sourire que ce que Akane avait dit. À sa requête il lui avait dit avoir oublié ses robes. Ce qui était évident. C'était bancal, mais réussi. Jolie entrée, m'ssieur l'artiste. Akane ne put d'ailleurs se retenir de pouffer. Il lui donna donc un pantalon plutôt classique, et un tee-shirt musicalement emblématique, ce devait être un groupe de rock. Elle n'y connaissait rien en musique, mais elle était en mesure de reconnaître un tee-shirt de rock. Alors qu'elle examinait le tee-shirt avec un faux air d'experte, Shuya lui demanda de le prévenir, une fois qu'elle aurait fini. Il allait dans le couloir. Lorsqu'il se retourna, l'étudiante bavait sur lui mentalement. Son dos, lisse, était tout en cambrures osseuses parfaite, ..mais..qui était-il pour être...comme ça. Et Akane, qui était-elle pour mériter un tel étalon ? Elle ne le méritait pas, ni quoi ce que ce soit d'autre, c'était juste du hasard. Elle s'était montrée plutôt câline tout à l'heure, malgré elle, car c'était pire que de l'attirance physique qu'elle avait pour lui. C'en était presque dérangeant. L'attirance physique n'est pas vraiment aussi bien vue que l'attirance ...l'autre attirance. La fille passe pour une - restons polis - femme de joies. Et l'homme lui, il se fait voir tel un profiteur pour certains, et un salaud pour les autres. Mais au moins, il a deux avis, deux partis, un pour, un contre. Ce n'est pas le cas pour les deux sexes. Et comme toujours, c'était l'homme, le sexe dit fort, qui remportait la bataille, le dit faible, lui, était rangé, jusque la prochaine occasion. Et la prochaine occasion était toujours très rapide. Dès que l'homme a l'opportunité de nuire à la femme, enfin voyons, va-t-il laisser sa chance, cette chance parmi toutes les autres mais unique, de le faire ?
Mais bon, pour l'instant, Shuya n'en était pas rendu à user d'Akane pour ses propres fins - et faims - ou celles des autres. Il était toujours au stade appréciable de : " tu te changes dans une pièce, alors je vais dans une autre", et non pas l'étape assez crue " tu te changes dans une pièce, alors je te mate de bas en haut, et inversement ". Ouf, me direz-vous.

Maintenant, elle était seule dans la pièce sans décorations, sans vie. Normal, l'installation venait de se faire. Elle imaginait la pièce avec des posters de groupes de rock, et des affiches de concert. Il y en aurait partout. Peut-être même qu'il mettrai des photos de lui et ses amis, d'avant. C'était toujours particulier de se dire, surtout pour l'étudiante, que les gens avec qui elle avait pu nouer un brin de lien, et bien à présent, ce n'était qu'un passé révolu, sur lequel on ne reviendrait plus. De toute façon, bon ou mauvais, un passé est ancré, c'est écrit à l'encre indélébile... Qui Deliri Non Potest ... Il y avait trop de choses qui restaient alors que les souvenirs s'en vont, accompagnés du temps, voleur et radin.

Akane divaguait comme toujours, tout en se changeant. C'était rare qu'elle parvienne à contrôler deux choses, quand l'une était matérielle, et que l'autre ne l'était pas. Elle avait réussi à enlever sa veste de laine, et son tee-shirt sur lequel se trouvait le dessin d'un Yoshi courant après un Toad. Comme ces personnages que l'on trouve dans ce jeu vidéo appelé Mario. Elle arborait un soutient-gorge de dentelle blanc qui portait une paire de seins ni trop grosse, ni trop petite, disons qu'elle convenait, proportionnellement parlant. L'eau n'avait pas pénétré en masse jusque là, elle allait pouvoir garder son soutient-gorge. Elle enfila donc par dessus le tissu blanc, le tee-shirt noir. Elle était très à l'aide dedans. Il était très large, ce devait être du XL, pas moins ! Elle ne taillait que du S et parfois un M. Imaginez.

* Eh bien finalement, j'aurai une robe *

Elle retira ensuite le pantalon de lin qu'elle avait mit pour venir. Il était beige foncé, dans les tons de son tee-shirt dessiné. Il était tout aussi trempé, d'ailleurs. Il n'était pas facile d'enlevé ce lin qui collait à la peau. Quand elle parvint enfin à le faire, elle fit tomber le bas du tee-shirt resté jusque là au niveau de sa taille car il était encore plié. Effectivement, cela lui faisait une robe. Elle portait sous son pantalon un boxer BABAR que sa mère lui avait offert quand elle était jeune. Et n'ayant pas prit assez de poids pour le jeter, elle l'avait gardé. Akane ramassa les affaires trempées que Shuya avait laissées, et prit les siennes aussi. Elle se dirigea dans la petite salle de bain raccrochée à la chambre, et étendit les vêtements humides, et qui sentaient la pluie. Malgré le froid extérieur, elle ouvrir la lucarne qui éclairait la pièce. De l'air circulerait, et au moins ça n'empesterait pas dans la mini pièce qu'était cette salle de bain en faïence blanche avec quelques motifs bidons et kitchs.

Un fois les affaires étendues, il lui restait le pantalon à mettre, et ensuite, elle pourrait rappeler Shuya, afin qu'il reprenne possession de ces lieux qui lui appartenaient.
Mais au lieu de mettre le pantalon, Akane le laissa où il était, c'est-à-dire au pied du lit, et justement, elle s'y allongea. Elle "testait" le matelas. Quel bonheur, un tel matelas. Il était parfait pour elle, ni trop dur, ni trop "j'absorbe les gens qui dorment". Mais ça n'était pas le sien, et c'était probablement la seule et unique fois qu'elle pouvait s'y allonger d'une telle manière. L'ennui, quand même, c'est qu'il grinçait. Et ça Shuya, il devait bien l'entendre, à moins qu'il n'écoutât de la musique, ce qui n'était pas vraiment possible, le mp3 dépassant d'une poche de veste dans l'armoire. Ou peut-être qu'il était carrément parti. Pourquoi pas ?
En tous cas, Akane, elle était bien sur ce lit. Elle avait peut-être un peu honte de profiter d'un mobilier qui ne lui appartenait pas, mais elle se sentait bien. Hélas, elle était repérée. Mais il était peu probable qu'elle le sût.


Dernière édition par Akane Sunao le Dim 18 Juil - 17:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Dim 18 Juil - 12:59

    Le Nanahara patientait dans le couloir bien sagement. Extérieurement en tout cas… Il mourrait presque d’envie de retourner dans la chambre afin de retrouver celle qu’il appréciait bien plus que de raison. En attendant qu’elle ai finie de se changer, il pianotait sur son portable. Seul dans un grand couloir froid et sans âme, Shuya entendait parfaitement bien le moindre bruit. C’est ainsi qu’il se rendit compte que son portable était placé sur le mode vibreur car quand il recevait un message, les vibrations étaient assez fortes pour être entendues au bau milieu d’un silence aussi monastique. Bref, il conversait par le biais de messages interposés avec deux des amis d’enfance à propos de leurs rentrées communes. En bon copain, Nanahara ne cacha pas la vérité sur le fait que les cours il n’y était pas encore allé et qu’à la place il avait rencontré une lycéenne avec qui il aimait passer du temps. Par contre, il ne précisa pas - contrairement à ce que n’importe quel crétin décérébré se serait empressé de faire – qu’une fille splendide était en train de se changer dans sa chambre. Beaucoup d’ados puériles aux neurones grillés et défoncés par l’alcool et l’idiotie auraient déjà tenté de profiter de la situation pour faire des choses pas très net tel que prendre des photos et les diffuser aux copains juste pour exposer sa puissance. Enfin, il serait plus juste de parler d’exposer le potentiel de la jeune fille en question. Après quoi, il reçu un message de son père, soucieux de savoir si la rentrée s’était bien passée. Il acquiesça d’un « oui, comme une rentrée » dans un bref message qu’il envoya ensuite. Pas question de révéler au paternel ses activités du jour, sinon Shuya en était certain, l’ancien débarquerait ici afin de désinscrire le lycéen de Shimizu pour ensuite l’inscrire dans un autre établissement. Le meilleur moyen pour le couper à nouveaux de ses repaires…

    En parlant de repaires, l’unique qu’il avait ici était la jeune femme présente dans sa chambre. Jusque là c’était la seule personne à qui il avait parlé – excepté ce type très louche dans le couloir lorsqu’il parti à la recherche de son amie – et s’était attaché. Peut-être un peu rapidement d’ailleurs mes les coups de cœurs ne pardonnent pas.

    *Je me demande ce qui lui prends autant de temps… *

    Le skateur ayant terminé d’envoyer ses messages pour le moment, il fut replongé dans le silence ambiant. C’est là qu’il eut une pensée pour son amie puisqu’il n’entendait rien du tout. Elle s’était peut-être enfuie par la fenêtre qui sait.. Non impossible parce qu’ils ne sont pas au rez de chaussée et aussi mais surtout parce qu’il l’aurait entendu fuir. Il se désapuya du mur qui le retenait et s’approcha de la porte. Mais il ne l’ouvrit pas et préféra faire quelques pas dans le couloir, qui sait, elle n’avait peut être pas terminée de se changer. Retirer des vêtements humides n’est pas simple après tout, il faut encore s’essuyer après d’ailleurs. C’est alors qu’il entendit un grincement. Semblable à ceux que font les lits quand on s’y allonge parfois. Shuya s’arrêta et fit demi tour rapidement. Il s’imagina son amie écroulée dans le lit après une chute du à la lutte avec les vêtements mouillés qu’elle essayait de retirer. Auquel cas, la jeune femme pouvait être mal tombée, sa tête avoir tapé contre le bord du lit, sa nuque brisée. Ou bien elle était peut-être tombée dans les pommes à cause des changements de températures qui auraient provoqués en elle un état fébrile d’hypothermie… Limite parano et cinglé tout simplement, Nanahara s’avança jusqu’à la porte. Il négligea d’y frapper pour la prévenir de son entrée et pénétra ainsi l’intérieur de la pièce. C’est là qu’il la vit… à demie vêtue et allongée sur son lit telle la belle au bois dormant ou blanche neige sauf qu’elle n’était pas froide comme ces dernières puisque inconsciente ou morte… Sans trop réfléchir, il s’approcha du plumard et s’y allongea à côté d’elle. Il inclina la tête sur le côté et embrassa sa joue.

    « tu es… jolie. »

    Cela était bien vrai, la belle plante l’était visiblement en toute occasion. Qu’importe ses vêtements et son état physique, la pluie ne suffisait pas à éteindre sa beauté. Au fond de lui, Shuya s’avoua content d’être à ses côtés, Akane …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Dim 18 Juil - 20:24

Presque rendue à l'état de fusion avec le lit de Shuya quand ce dernier entra violemment dans la chambre, le visage interdit, Akane ne su plus où se mettre quand il la découvrit à moitié dévêtue, allongé sur son matelas drapé. Ne savant que faire, elle resta immobile, mais pas figée, les yeux ouverts. Elle n'allait tout de même pas faire semblant de dormir. Elle avait le cou courbé par un coussin, ce qui fait qu'elle voyait tout, autant qu'on la voyait. Elle était vraiment gênée de s'être autorisée une aise pareille. Et lorsqu'elle voulût se fondre en excuses et sortir fissa de cette position qu'elle jugeait déplacée, bien que confortable, Shuya avança vers le lit sans trop hésiter à s'allonger près d'elle, lui embrasser doucement la joue, et à la complimenter sur sa beauté. Beauté qu'elle-même aurait jugée absente au vu des circonstances. Mais la beauté, comme tout un tas de choses, est subjective. L'objectivité humaine est rare à déceler.

Il est fort probable qu'à ce moment là, Shuya ait senti le corps d'Akane se réchauffer à une vitesse proche de celle de la lumière. Ses lèvres sur la joue de la jeune fille avait créé cette choses appelée stress quand on le ressent en période d'examens. Ca faisait comme une boule de petits papillons, grouillant dans l'estomac. Ca n'était pas désagréable, mais pas apaisant non plus. Ca lançait comme des vagues de chaleurs dans le corps. Et lorsque l'on a froid, ce n'était pas cette chaleur qui nous réchauffait. Le mieux était encore la douche chaude, le bain brûlant, ou encore, un corps humain.
Solution qu'elle choisit, parmi ces trois-là. Etant d'abord sur le dos, elle se roula du côté où s'était posé son complaisant amant, afin d'être installée sur le flanc face à lui, comme un cheval. Elle plaça son coude replié sous ta tête, contre sa joue. Elle pouvait mieux regarder Shuya, comme ça. C'était vraiment un bel homme. Il n'avait enlevé son bonnet. Elle le fit de sa main libre, et jeta le bonne blanc à travers la pièce. Cela ébouriffa ses cheveux blonds humides, mais il leur restait ce style hirsute qui faisait craquer toutes les filles. Ca marchait sur Akane, évidemment. Avec ou sans le bonnet, d'ailleurs.

Elle passa sa main délicatement dans les cheveux de l'homme qui la regardait aussi. Elle let lui affichaient tous les deux un sourire expressif mais très timide. Celui que seuls les coins de la bouche trahissent. Sur les visages de ceux qui sourient normalement, ou grandement, les joues montent, les rides du rires se dessinent, et le nez se plisse ainsi que les sourcils. Là, il n'en était rien, juste deux bouches légèrement détendues sur les coins.
Akane, pour se rapprocher de Shuya, se fit ramper avec classe. Juste en bougeant le bassin, un coup en avant et le reste suivait, comme les serpents. Elle avait toujours sa mains dans ses cheveux à lui. Et maintenant qu'elle était proche de lui, assez proche pour l'embrasser correctement, elle fit glisser sa main sur l'épaule du jeune garçon, en passant par les joues et la nuque. Sa peau était douce, ses muscles masculins, et son regard envoûtant. Car oui, elle le regardait toujours, avec ces yeux qui n'ont d'expression que pour celui qui les voit.

Elle ne savait pas s'il se laissait faire ou s'il s'en fichait totalement qu'elle soit là. Mais..il l'avait complimentée, ça engageait certaines choses. Pourquoi prendre le temps de complimenter pour captiver un regard. Pour s'amuser, certes. Mais.. Shuya ne devait sûrement pas être assez bête pour être ce genre de personnes frivole, au fond inexistant, car instable.
Akane colla son nez contre celui du jeune étudiant, comme les bisous esquimaux, et elle quitta son regard quelques secondes, pour finalement y revenir. Elle dit alors, résolument timide :

« Tu es beau.. Toi aussi.. »

Elle ponctua son retour de compliment par un baiser effréné, qui les plongea tout les deux dans une atmosphère sexuelle chaude et intense. Elle ne se contrôlait plus, elle ignorait pourquoi. C'était pourtant facile de contenir de telles envies, de telles pulsions qui peuvent paraître hâtives, dans certaines conditions comme celles-là. Mais cet homme...il transformait la jeune étudiante, venue ici, à Shimizu pour faire ces dites études. Il semblait que ses projets allaient devoir s'adapter à la venue d'une nouvelle idée parmi eux, une idée qui allait sûrement prendre du temps. Rien n'était prévu de tout cela. Pas même leur rencontre. Pas même la chute au réfectoire, suivie de la fuite. Ni même leur baiser. Pourquoi en étaient-ils arrivés là...? Qui le savait? Attirances premièrement bénignes qui évoluent comme la tumeur dans le cerveau. Elle grandit tant qu'on l'y laisse. Et ici, c'était le cas. Il n'y a pas trois heures de cela, Akane ignorait l'existence d'une perle comme Shuya. Si on lui avait dit les évènements qui suivaient, trois heures plus tôt, elle n'aurait pas cru la personne. D'ailleurs, elle ne croyait pas non plus en la réalité de ces instants magnifiques... Certes peut-être un peu rapides, mais ne pouvant arrêter ses pulsions, c'était là le résultat à obtenir.

Pendant ce temps, les mains d'Akane, qui caressaient délicatement les épaules ne se retenaient plus, dans le domaine du suavement sexuel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Lun 19 Juil - 16:36

    Alors qu’ils se complimentaient l'un l'autre sur la beauté physique de chacun – même si de son point de vue personnel, sa beauté été contestable et discutable, car il ne se considérait en aucun cas comme un canon de la beauté -, Shuya et Akane continuaient à se rapprocher progressivement. Ils ne furent jamais aussi proche de quand la jeune femme s'accola fortement du corps de Nanahara. Ce dernier pu ressentir sans aucune difficulté ni obstacle la chaleur qui se dégageait du corps de son amie. Sa douceur également. A présent en corps à corps tous deux, ils continuaient à s'embrasser et nouveauté ! à se caresser. Depuis quelques instants, la belle faisait aller et venir ses doigts tendrement sur les épaules du lycéen qui se laissait ouvertement faire. Il trouvait cela agréable, alors à quoi bon s'en priver. Enfin bref, presque comme hors de contrôle, il laissa sa main effleurer la cuisse d’Akane. Il était certain qu’elle en frissonnerait car à cet endroit la peau est très sensible. Bon après, elle pouvait refuser qu’il a touche à cet endroit mais bon elle le lui ferait remarquer. Comment ? Sans doute en repoussant sa main, pas en plantant ses ongles dans le cou du garçon comme certaines auraient pu le faire. Alors que sa main et son corps habité par une entité extérieure, Nanahara décida de lui faire quelque chose qu’elle apprécierait probablement.

    « Ne bouge pas.. »

    Puisqu’elle était allongée, l’occasion était bonne pour lui faire un massage. Seul problème, elle portait encore le t-shirt qu’il lui avait passé pour qu’elle puisse être au sec. Il ne lui demanda pas de l’enlever, mais bon il s’attendait à ce qu’elle le fasse d’elle-même en comprenant ses intentions. En attendant, il commença donc par poser ses mains sur l’une des jambes d’Akane et massa doucement. Le contact de leurs peaux avait quelque chose de très sensuel et la situation elle-même très érotique. Progressivement, les mains du Nanahara doué en massage remontaient les jambes gagnant du terrain, et redescendaient. Il espérait qu’elle appréciait cela. Pour rendre l’expérience plus chaude et par la même faire grimper la température, Shuya lui fit quelques baisers sur les jambes alternant ainsi le contact de la bouche et des mains sur son corps…

    [ Rp médiocre désolé =X ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Mar 20 Juil - 8:27

Les caresses échangées entre les deux personnes seraient bien représentées si on vous demandait d'imaginer les mains des âmes dépravées jaillissant des flammes de l'enfer lorsqu'une âme encore pure s'approche d'eux. Parlons d'enfer. Effectivement, leur activité actuelle brûlait leurs sens et leur désir autant que ces flammes infernales consumaient ces âmes éternelles. On ne pouvait donc trouver en ces instants précis une quelconque part d'innocence consciente, et à la fois inconsciente de ce qui allait arriver.
C'était un peu le pays imaginaire des sensations non maîtrisées, là où la folie emportait la raison, là où la fureur enlaçait l'envie.
Pourquoi en venaient-ils si vite aux faits, rien n'était plus inconnu. Pour l'instant, ça n'était que caresses et baisers, mais ça n'allait pas le rester. Il y avait une évolution évidente, comme le fait de février vienne après janvier, ou que deux personnes qui s'apprécient deviennent un seul et unique couple. Même éloignés.
Soudainement, alors que Akane savourait ces instants exquis, elle sentit une main douce et chaude émouvoir les sens de ses cuisses. Puis, Shuya se retira de leur étreinte sensuelle. Il allongea sa belle sur le dos en lui ordonnant de rester immobile. Il commença à la masser, d'abord les jambes, puis il remontait, toujours avec cette délicatesse amoureuse. Il était torse nu, sa peau ventrale effleurait les cuisses, son entre-jambes découvert et le ventre d'Akane qui, elle, avait gardé son tee-shirt, cela dit, il était remonté jusqu'au dessus du nombril. Les baisers que l'homme lui faisait sur les jambes stimulaient encore plus son plaisir, qui sonnait l'alarme à l'intérieur de son corps. Une adrénaline de bonheur l'envahissait par vagues alternées avec la sérotonine de bien-être. Le cerveau humain est tout de même bien conçu pour ce genre d'activités. Il envoie dans les moments les plus adéquates des hormones arrangeantes. En parlant d'hormones, les leurs travaillaient excellemment bien, voire même trop. Entre le jeune homme qui prenait des devants inconnus et Akane qui se laissait faire comme un chat qui se laisserait caresser pour ronronner. On n'oserait deviner où ces moments préliminaires les mèneraient. Peut-être était-ce juste un échauffement - c'en était un - pour après - pour de suite. L'envie qui semblait être lue dans les yeux de chacun ne trahissait aucune répulsion, rien. Tout se passait...comme prévu...?
Et alors que Shuya remontait vers le ventre toujours, Akane se courba en avant, s'agrippa à lui, appuyé sur les mains. Elle l'embrassa sur les lèvres, puis avec fougue, et lui fit comprendre assez directement qu'il détenant une 'invitation à revenir là-haut, avec elle. À s'allonger sur elle, placé entre ses deux jambes fines et blanches. Elle l'embrassa à nouveau, et juste après, elle retira son grand tee-shirt noir qui n'était en fait pas le sien. En sous-vêtements devant Shuya, elle ne ressentit à aucun moment de la gêne, ou des regrets. Elle ne sentait en elle qu'une immense boule d'appréhension du futur proche, autant temporellement que physiquement.. Et quand elle commença juste à faire glisser ses bretelles de soutient-gorge sur les épaules, elle s'allongea complètement sur le lit, le jeune homme toujours entre les jambes, sans avoir quitté des yeux celui-ci. Peut-être que là, il comprendrait que c'était urgent?

[Putain il est court comparé à ce que je fais d'ordinaire ><]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Ven 23 Juil - 18:56

    La fouge avait envahie le corps des deux ado-adultes depuis un moment. Shuya n’avait rien ressenti de tel depuis un petit moment. Il faut dire que depuis sa dernière histoire, le lycéen n’avait pas cherché à courir les filles comme il avait pu le faire étant plus jeune. Aujourd’hui rangé pour ainsi dire, il ne s’adonnait qu’à une seule jeune femme. En occurrence, Akane. Avec elle, Nanahara vivait quelque chose d’assez spécial et intense, la grande aventure quoi. Il espérait toutefois que ce ne soit pas simplement une aventure, une passade aux yeux de sa partenaire. Pour lui, c’était plus le début d’une histoire plutôt que le bref récit narratif d’une aventure d’un soir. Certes ils n’avaient pas parlés d’eux et de l’avenir, certes il était un peu tôt pour parler sentiment mais un petit quelque chose était bien présent. La flamme du désir dirons-nous… Pendant qu’ils jouaient au masseur et à la cliente – manière assez grossière pour évoquer les actes -, l’ambiance alentours changea sans que ni lui ni elle ne s’en rendirent compte. Le noir tombé, l’heure avançait. Les dortoirs étaient toujours vides heureusement. Sans doute s’ils étaient découverts par un intrus se glissant soudainement par la porte de la chambre, alors une réputation non méritée et méritoire de « baiseurs fou » serait attribuée au couple par le restant du lycée. Ce genre de réputation difficile à vivre car elle vous reste coller à la peau jusqu’à la fin de l’année ce même si elle est infondée et idiote.

    Enfin bref, l’ambiance interne était bien plus intéressante et agréable pour les personnes concernées. Toujours attirée par le Nanahara, Akane s’agrippa à lui et retira ensuite le T-shirt noir qu’il lui avait prêté. La voilà en sous-vêtements face à lui, presque offerte. Il l’observa puis l’embrassa avant de reprendre son petit jeu de massage. Ses mains remontaient le corps de la jeune femme. Shuya eu l’impression pendant un moment de sentir la passion qui bouillait à l’intérieur du corps de son amie. Il approcha lentement de la poitrine à demie cachée et observa silencieusement le regard d’Akane. Il cherchait dans ses yeux son accord pour aller un peu plus loin. La lueur dans ses yeux le conduisit à retirer le soutien gorge, libérant ainsi une poitrine généreuse sans pour autant être vulgaire. Le lycéen reprit son jeu, caressant du bout de l’index les seins de son amie afin d’augmenter – si cela est possible – encore un peu plus son désir. Ses doigts décrivaient des courbes sur sa peau douce et parfaite, puis ce fut sa bouche. Alors qu’il la faisait languir tout en attisant un peu plus sa flamme, Shuya retira son pantalon à l’aide d’une main. Le voilà en caleçon, le corps collé à celui de la belle …


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Ven 23 Juil - 22:30

Attirance mutuelle, envie subite, destin... Même Dieu devait ignorer les raisons qui les avaient amenés là, Akane et Shuya. Ils étaient à présent bien installés dans le tourbillon des premières découvertes de l'autre, au point le plus intime. C'était le mélange des sens. Rien que du nouveau pour Akane. Sa précédente et seule relation, désastreuse, lui avait laissé un souvenir très amer de la relation, et ses affinités particulières. Mais chaque être humain est différent, et sa manière de faire l'est aussi. Shuya se débrouillerait autrement. Il serait différent, les sensations n'en seraient qu'également changées. Pour l'instant, Akane ne pensait pas vraiment à son passé, mais à son présent, et rien que ça, elle vivait le moment, sans pour autant le comprendre. Mais où avez-vous vu qu'il était utilise de comprendre un instant pour le vivre pleinement ? Il y a tellement de choses que naissent entre deux personnes, que l'on ne comprend pas toujours, mais on n'empêche pas ces choses d'évoluer. Et après, c'est vrai, il y a le risque de faire du mal, mais début, on n'y pense pas. On le vit, on ne comprend pas, on s'en fiche, on prendra le temps de le faire plus tard, après. Et Akane se trouvait parfaitement dans cet état d'esprit là : ne pas réfléchir, agir. Si elle réfléchissait vraiment, il y avait la possibilité qu'elle se prenne le choux pour un profiteur. Elle ne voulait pas penser à ça,...ais plutôt à ce qu'elle pourrait en tirer si ce n'était que le coup d'une soirée. Au fond d'elle, elle espérait très fort qu'aux yeux de Shuya, elle ne soit pas que le petit coup comme ça. Elle ne le connaissait pas, c'était tendu de prévoir une action, une réaction. En tous cas, elle frissonnait. Elle touchait l'eau de l'orteil depuis trop longtemps pour ne pas avoir envie d'y plonger entièrement. Il fallait tout de même qu'elle se fasse désirer. Elle ne doutait pas de son pouvoir sexuel, car, au fond, ce n'était pas la plus compliquée des choses à provoquer, le désir de l'autre. Quand on a le corps aussi bien structuré que celui d'Akane, il serait possible d'exciter un panda.
Shuya avait à présent retiré entièrement le soutient-gorge de la jeune femme à fleur de peau. En même temps, elle l'y avait presque forcé. Il touchait la pointe de ses seins avec une telle délicatesse qu'il était impensable d'imaginer résister à de telles caresses. Il avait l'air d'apprécier caresser Akane, car ses deux mains se baladaient beaucoup sur sa partie ventre-poitrine. Il était vrai que sa peau était comme une jeune pêche blanche. Quand il y mit la bouche, presque pour la croquer, Akane laissa échapper un gémissement qui mettait en oreille la situation. C'était le genre de souffle accompagné d'un léger cri qui faisait courber vers l'avant le corps de la personne.
Elle semblait entrer dans un état second. Ca n'en était pas plus mal. Sa timidité n'y était plus, la liberté prenait la place. Elle vit alors son nouveau compagnon de chambre retirer le pantalon qu'il portait encore. Rien qu'avec une main. Tout en continuant la stimulation de son adversaire. Quand il se colla à elle, toujours en caleçon, elle sentit contre son aine le sexe endurcit de l'homme. Il était donc évident que le désir était mutuel.
Elle l'embrassa une dernière fois, avec une passion aussi forte que la tentation se faisant sentir dans l'air ambiant. Il était allongé sur elle, et elle lui avait prit la tête avec les deux mains. Pour faire encore plus cliché de films d'amour. Sauf que là, ce n'était pas vraiment un film d'amour comme on en voit au cinéma. C'était l'amour, mais pas sous le format habituel, il allait être physique. Personne n'y échapperait. Ni lui. Ni elle. Après son baiser, elle se redressa, le redressant avec elle. Ils inversèrent leur place, sous la volonté d'Akane, transformée par de légers coups à l'intention de Shuya. À présent, c'était lui qui se trouvait en position faible, le caleçon déformé par la proéminence de son appareil. Akane se mit à cheval sur lui, se plaçant exprès au bon endroit pour exciter d'avantage. Puis elle se pencha sur lui, lui embrassa le cou, s'attardant légèrement sur les tétons, qui sont en général très sensible chez l'homme. Puis elle descendit près du nombril, léchant parfois par petits accoups. Puis, pour se rendre plus salace, elle pinça le côté gauche - droit pour Shuya - du caleçon du bout des doigts, et, à droite, elle attrapa, avec les dents cette fois là, le tissu élastique. Elle jeta un regard inquisiteur à Shuya. Petit à petit, elle continuait de descendre ne ressentant, pour l'instant, aucune résistance...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Sam 24 Juil - 2:20

    C’est en alliant finesse et passion que Shuya et Akane se livraient à des actes réservés jadis à des gens mariés, mais aujourd’hui démocratisé pour ainsi dire. Tout est question de conscience. Être d’accord et partant pour faire l’amour est essentiel. Cela ne doit pas être l’accord d’une seule des deux parties, mais bien de l’ensemble des participants. Nanahara le savait parfaitement et c’est pourquoi il n’essayait pas de profiter de son amie sans être sur qu’elle ai envie également de profiter de lui. C’était le cas. Face au désir charnel trop puissant entre eux, ils ne purent s’empêcher de passer à l’acte. Enfin pas encore, mais ça ne serait tarder à la vitesse où vont les choses. Se défeuillant progressivement comme au poker, chaque nouvelle partie du corps résidait de la découverte aussi bien pour lui que pour elle. Jusque là, ils ne s’étaient jamais vus nus. Il faut bien un début à tout direz vous. Tout en se découvrant, ils continuaient le jeu relationnel et sexuel qu’ils avaient commencé. Les rôles et places inversés, le lycéen se retrouva allongé. Akane assise sur lui, presque totalement nue. Shuya la tenait par la taille tout en l’embrassant. Sa partenaire se montra plus démonstratrice que jamais en jouant avec le torse du garçon. Shuya ressentait une vive excitation. Le contact du corps d’Akane sur le sien, ses mains, ses seins qui frôlaient et collaient son torse, sa bouche ensuite. Tant de plaisirs qui ne le laissèrent pas indifférents. Et qui ne laissèrent pas indifférents la jeune femme à son tour puisqu’elle se lança dans une nouvelle entreprise. La prochaine étape, sa prochaine étape, retirer le caleçon de Shuya. Ce dernier, se laissa faire. Dévoilant ainsi son intimité la plus personnelle, il se retrouva entièrement nu. Revenu à l’état de nature, comme le premier couple sur terre…

    Il la laissa regarder, toucher et agir tout en continuant de caresser le haut de sa poitrine. Après quoi, Nanahara se redressa afin de retirer à son tour la petite culotte d’Akane. Près d’elle, il retira délicatement le morceau de tissu. Il le fit descendre le long des douces jambes de la lycéenne, la jeta ensuite au sol. Puis il remonta jusque devant l’intimité d’Akane en baisant sa jambe gauche. Voilà qu’ils se retrouvèrent entièrement nus, l’un face à l’autre. L’heure n’était pas encore à la fusion des corps. Quelques jeux sensuels devaient avoir lieu avant …

    *Elle est superbe…*

    L'étudiant ne pouvait nier la beauté de son amie. Ce quoi qu'elle en pensait elle-même. Il le lui avait déjà signifié d'ailleurs. Mais là, la paire ne s’était pas parlé depuis un petit moment. Épris par leurs désirs communs, c’est par les regards et les actes qu’ils discutaient et se comprenaient. Toutes les émotions passaient non plus par l’esprit mais par le corps, l’excitation, la joie… Leurs sens en prenaient plein la figure depuis plusieurs minutes et le pire là dedans c’est qu’à l’approche de la bouche de Shuya du sexe d’Akane, que les sens en redemandaient encore et encore…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Mar 27 Juil - 20:56

[[[ HJ : Ai été obligée d'imaginer ce qu'il lui faisait..en bas... ]]]

Comme espéré, Shuya n'avait émit aucune résistance quand Akane avait délicatement retiré, avec les dents, son caleçon, laissant son sexe, durement recourbé vers le haut, traduire le désir actuel du corps du jeune homme. Voir ce pénis tendu ainsi excitait encore plus la jeune femme, ses seins se durcirent et sa respiration s'accéléra. Elle était comme le moteur d'un turbo diesel que l'on faisait chauffer. Plus on allait dans le temps, plus elle brûlait. Entre autres, c'était d'impatience. Sentir la chaleur de l'autre enflammer son corps d'un feu puissant et qui semble éternel, déconnecterait tout être de la réalité même, et surtout, ferait battre le coeur de n'importe qui à une vitesse que l'on aurait jamais imaginé atteindre en étant allongé sur un lit.
Pendant la légère masturbation qu'elle offrait au jeune homme en pleine(s) forme(s), ce dernier se redressa, l'arrêtant dans son élan, l'embrassa tout en lui retirant la seule barrière vestimentaire qui l'empêchait de revenir aux origines bibliques de la vie. C'était un beau moment. Ensuite, il se décala, afin de retirer le bout de tissu entièrement, le faisant lentement et sensuellement glisser le long des jambes de la demoiselle, pour après, le lancer d'un geste las sur le sol. Il inversa de nouveau leurs places, plaçant Akane en dessous, comme au début. On aurait dit qu'ils jouaient à chat, ayant inventé une version bien plus délicieuse...
Ils étaient tous les deux à présent entièrement nus. La découverte du corps de l'autre étonne et impressionne toujours. Bien que plutôt pâle, celui de Shuya exposait des muscles bien forgés. Ses jambes étaient athlétiques, sûrement par le skate qu'il devait pratiquer. Il avait des mains très douces, certainement les plus douces par lesquelles elle n'a jamais été touchée, caressée. Akane était vraiment impressionnée par le corps assez proche d'une perfection à ses yeux, que les vêtements larges du jeune homme cachaient.
Quand il était face à elle, elle remarqua qu'il la scrutait autant qu'elle le faisait. Ca la gênait énormément, mais elle préféra ne rien dire, pour ne pas gâcher les merveilleux instant qui semblaient bientôt venir. Mais il ne fallait pas précipiter la choses. Il valait mieux apprécier chaque seconde qu'il leur soit donnée de vivre, plutôt que d'expédier l'ensemble comme un paquet-colis postal.
Shuya avait passé sa main sous le dos d'Akane, allongée, et il lui embrassa le ventre, voluptueusement, comme la totalité des gestes qu'il adressait à Akane.. Puis, il descendit tout doucement vers son sexe caché. Il y arrivait en traçant un chemin de baiser souples et pulpeux. Une bouche est capable de faire des choses que l'on n'imagine pas, juste en la regardant. Chaque baiser était une décharge de sérotonine, cette hormone apaisante, pour la jeune femme, nue, dévoilée et sans soucis. A cette sérotonine s'ajoutait l'adrénaline. Car elle savait ce qu'ils allaient aborder, juste après. L'excitation d'un moment proche, mais encore inaccessible. Elle espéra qu'il en était de même pour son conjoint. Pouvait-elle l'appeler ainsi? Ca n'était pas l'affaire de l'instant précis. Elle avait d'autres chats à fouetter, dont un se nommait Shuya. Et c'était le seul dont elle avait envie.
D'ailleurs, ce devait être le cas du côté de l'homme. Car son membre qui affirmait sa virilité sans doutes possibles ne baissait pas de régime. Quand il s'installa entre ses deux jambes, Akane se laissa faire et les entrouvrit comme il le fallait pour qu'il trouve son aise. Et ce plaisir qu'il trouva, il le fit partager. Elle du caresser doucement ses cheveux blonds pour ne pas gémir trop fort. Légèrement humides, comme d'autres parties, ils témoignaient d'une douce sueur. Les deux corps étant plus bouillants que jamais, il était compliqué de ne pas laisser le trop plein d'eau s'échapper de son corps.

ls échangeaient de temps en temps des yeux qui les faisaient communiquer. Car en ces instants précis, la parole était d'argent, le silence était d'or. Et il fallait respecter cet ordre là. On le voyait dans leurs regards, on le sentait dans l'air. Le grand besoin, la grande envie, la grande convoitise du corps de l'autre. Les deux puissances des deux désirs ne pouvaient se contenir de rester deux. Elles étaient trop fortes. Trop attirées. La fusion se faisait trop attendre. Akane ne résistait plus. Ca devenait trop difficile pour elle. Ces gémissement qui émanaient d'elle prouvait cette retenue. Pourquoi se retenait-elle ? Par gêne ? Pudeur ? Non. Par envie de contenir, garder en elle, les vagues aussi fortes et envahissantes que des tsunamis venant s'écraser sur la plus minuscules des îles d'Indonésie. Laisser échapper plus reviendrait à perdre. Elle jugeait ça trop dommage de semer des onces de joie.
Soudain, parce que ça devenait trop puissant, elle se courba, son dos se plia, ventre en avant, et sa main gauche vint s'harponner dans ses propres cheveux. Un peu comme sur les photos pornographiques affichant des femmes en positions évidente. Ca devenait presque un supplice, tout ça. Il fallait qu'elle en donne un morceau. Elle pourrait mourir de plaisir, rien que par ce que lui faisait Shuya, en bas. Voulait-il sa mort...?
Il y avait deux solutions : qu'elle calme son ardeur en lui administrant un massage, disons...buccal, ou alors, qu'ils fassent tous les deux exploser cette tension sexuelle devenue trop forte. Comme le choc de deux vagues intenses.

« Remon-, hum.. Remonte.. »

C'était avec une voix douce et qui paraissait essoufflée qu'elle avait réussi à parler.






MusicPlaylist
Music Playlist at MixPod.com

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Mer 28 Juil - 16:28

    Shuya et Akane, Akane et Shuya, bien plus qu’une simple histoire de cul. Cela devint rapidement évident aux yeux du lycéen. L’action prenait une tournure bien plus avancée que la simple action consistant à –pour ainsi dire – tirer son coup, comme le feraient des ados ivres ou de redoutables prédateurs. Ici, il ne s’agissait pas de cela. C’était bien plus qu’assouvir simplement des pulsions sexuelles par une piètre performance de quelques minutes. Là, un jeu amoureux s’était enclenché, des préliminaires longs et intenses s’en suivirent ce qui fait qu’au sens propre du terme, ils n’avaient pas encore fait l’amour. Le couple n’en était qu’au prélude, l’étape qui précède le grand moment, celui de la fusion des corps, l’union de deux vies. Etape qui ne tarderait probablement pas à arriver. Pour le moment, Nanahara procurait un maximum de plaisir à son amie grâce à un petit exercice buccal, ce qui semblait fonctionner très fortement. Il ressentait, au fil de ses avances qu’au plus il caressait le vagin d’Akane avec sa langue, qu’elle tressaillait. Se contenir lui était visiblement de plus en plus dur. C’est du moins la conclusion qu’il en tira en la voyant se cambrer soudainement. Une pulsion plus forte que les précédentes probablement. Alors qu’il se décida à caresser l’endroit avec un de ses doigts, Sunao lui demanda d’une voix fébrile et plus faible qu’avant de bien vouloir remonter. Il continua quelques secondes avant de finalement regagner les hautes sphères de son corps. Son torse se colla contre les seins de la jeune femme, par la même, son sexe se colla au sien sans pour autant y entrer pour le moment. Il l’embrassa tendrement et fit quelques vas et viens en surface pour conserver la tension sexuelle présente dans l’atmosphère. Les corps brûlants n’attendaient probablement plus qu’une chose, la fusion finale. Ils allaient devoir attendre encore un instant car il sentit une main s’emparer de son sexe. Nanahara comprit alors les intentions d’Akane qui commença à faire des vas et viens. Ils changèrent à nouveau de position pour plus de plaisir. Cette fois-ci, assit sur le lit – pour le moment en tout cas -, il passa une main dans ses cheveux tout en la regardant lui donner du plaisir avec les mains d’abord, puis la bouche. Shuya ressenti une drôle, mais agréable sensation …

    Cela dura quelques minutes, après quoi le lycéen n’ayant plus envie d’attendre et ayant senti l’envie d’Akane, passa à l’acte. Assit face à elle, il coupa son amie dans son élan. Remontant ainsi son visage à la surface, il posa une main contre sa joue et l’embrassa tout en reculant. Il l’attira vers lui alors qu’il s’allongeait progressivement sur le lit. Les corps se retrouvèrent à nouveau en contact, poitrine contre torse, sexe contre sexe. C’est avec l’échange d’un regard approbateur que Nanahara introduisit progressivement son sexe dressé dans le vagin de la jeune femme. A cet instant, ils partagèrent une nouvelle sensation commune qu’ils n’avaient jusque là pas vécue ensemble. La pénétration se fit en douceur, afin de ne pas blesser ni frustrer la belle. A cet instant précis, Shuya ressenti plus qu’il ne pourrait jamais le faire, la chaleur bouillante du corps de sa douce. L’agréable sensation le conduisit à faire les premiers vas et viens au cœur des reins d’Akane. Le plaisir qu’ils se procuraient jusque là fait bien pâle figure face à l’actuel don de soi auxquels ils se livraient tout deux…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Mer 28 Juil - 22:30

Quand Shuya était remonté vers Akane, on aurait dit qu'il jouait avec elle. Se posant juste sur elle sans autre contact, il rendait encore plus invivable le désir qui s'était emparé du corps de la demoiselle. Pour elle, c'était une bataille continuelle, ravivée par le seul contact du sexe masculin durcit sur son pubis. Il la narguait. Mais il semblait émaner du jeune homme cette même envie puissante, qui pourrait dévorer n'importe quoi. Que son geste provoquant soit volontaire ou non, Akane prit sur elle, et décida elle aussi de le faire attendre encore, même si par l'occasion, elle aussi attendrait. Tout vient à point à qui sait attendre. Elle s'empara doucement mais sûrement du sexe du péché divin, et recommença la masturbation afin de faire comprendre à son partenaire ses intentions attentionnées. Ce qu'il comprit. Ils changèrent de nouveau de place, ils étaient ainsi plus à l'aise quand la jeune femme dominait la situation. Le massage buccal commença tendrement. Elle faisait pénétrer le pénis dans sa bouche en le mouillant préalablement via des coups de langues lents et doux, pour une meilleure glisse, et de meilleures sensations, surtout pour lui. Car les femmes, souvent, ne ressentait rien lors de la fellation? Hormis la peau du sexe surfant sur les écumes de leurs lèvres. La fellation nécessitait une certaine capacité aux joues, musculairement parlant, et surtout de la langue. Cette dernière rendait les sensations plus intenses quand elle s'enfonçait légèrement dans la verge. Elle pouvait alors sentir les veines qu'elle caressait. Ca formait comme de petites collines. C'était doux. Et c'était ce côté là qui plaisait à Akane. Le fait de masse la base du sexe aussi. Cela approchait les testicules, qu'il était toujours dangereux de toucher, tellement ces deux petits organes sont sensibles.

Elle était concentrée sur sa mission lorsqu'elle fut interrompue par une main qui remonta son visage par le côté. C'était la main de Shuya qui lui caressait la tête tout à l'heure. Il se releva à son tour, s'asseyant devant elle. Il lui fit quelques mamours bien voulues, et il la tira vers lui, alors qu'il se rallongeait sur le lit. Cela les fit donc revenir à leur précédente position, le corps à corps chaste. Ils ne faisaient que se toucher. Pourtant, l'atmosphère laissait présager qu'ils iraient plus loin, c'était le bon moment. Après être allé chercher chez l'autre ce que l'on n'avait pas en nous, il était temps de mettre les butins de trouvailles en commun. Akane avait Shuya entre ses jambes. Elle était la cavalière, il était l'étalon. Elle regarda sa monture avec des yeux de feu. Il comprirent alors tous les deux que le moment était là, c'était celui ci, ou jamais. Shuya introduisit avec précaution son sexe dans le corps d'Akane. Une sensation interne secoua cette dernière. La sensation d'être voluptueusement, agréablement transpercée. Elle n'échangerait pour rien au monde ces premiers instants de l'amour concret. C'était un don de soi, et un don de l'autre. Il y avait de l'échange. C'était une entreprise constructible, mais à deux seulement. Et c'était rare de la ressentir se construire d'une telle manière. Le don de soi n'était pas toujours égal.

Ils commencèrent les mouvements de bassin. Il se soulevait, elle aussi. Il étaient tous les deux en harmonie. Sans problèmes, l'amour commença à se dessiner sur les deux corps par des perles d'eau qui s'échappaient des pores de leurs peaux. Il était vraiment que la chaleur sévissait. En plus de l'ambiante, il y avait celle des deux corps qui, entrés en osmose, avait doublé.
Akane plaça ses coudes au dessus de chaque épaules du jeune homme qui la tenait par les hanches, ou plutôt par les côtés, puisque ses mains se baladaient. Les cheveux d'Akane suivaient le mouvements de bassins en se balançant. D'un main passée derrière la tête, elle les rangea tous du même côté, et alla réfugier ses baisers ses la clavicule, le cou, la nuque, et même la mâchoire de son partenaire. Elle savait que les oreilles étaient une partie sensible, mais elle attendait un signe de la part de l'homme pour s'aventurer près des siennes. Les seins de la jeune femme berçaient les pectoraux du corps d'en dessous, créant ainsi de nouvelles sensations tactiles...

Pourtant, dominer la situation en était posée dessus n'était pas la position préférée de la demoiselle. Elle préférait être devant, ou dessous, pour rester classique. Elle se colla donc plus fort à Shuya et commença à pencher sur le côté pour glisser dessous. Elle prenait soin de l'embrasser, de le caresser, pour ne pas perdre une goutte des instants qui lui étaient offerts par Monsieur Le Destin..

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Ven 30 Juil - 0:51

    En ce moment, tout allait on ne peut mieux. Le récent couple était en train de vivre un moment de plaisir partagé. Enfin, couple … façon de parler car ils n’en avaient pas vraiment discuté du fait de la récence des évènements. A vrai dire, Nanahara et Sunao n’étaient ensemble et se connaissaient que depuis ce jour-ci. Bon bientôt, ils seraient connu l’un de l’autre depuis deux jours car la nuit continuait d’avancer et tôt où tard s’ils continuaient à ce rythme long et langoureux, ils parviendraient à franchir un nouveau jour ensemble. Qu’allait-il se passer à la fin de l’ébat amoureux qu’ils livraient actuellement ? Allaient-ils se rhabiller et se quitter sans un mot, ou alors rester entièrement nu et partager le même lit jusqu’au levé du jour ? Nobody knows … C’est le destin qui ferait son travail et prendrait la décision à leur place. Shuya lui était simplement conscient du fait qu’il ne souhaitait pas quitter sa douce et belle d’une manière aussi vulgaire et pour ainsi dire brutale que celle consistant à dire « rentre chez toi, on s’appel demain.» une fois la partie de jambes en l’air terminée. Il n’est pas non plus du genre à attendre qu’Akane soit sous la douche pour s’enfuir subrepticement et sans demander son reste. Plantant ainsi la jeune femme qui heureuse en sortant de la douche à l’idée de retrouver son nouveau plaisir, se retrouverait face à un appartement vide. Le lycéen lui était plus du genre à vouloir rester au lit et partager ce moment de paix et de douceur pour toujours ou presque. Profiter du calme relaxant après une transmission de plaisir, sentir le contact de la peau et la douceur de celle-ci sans qu’il n’y ait d’envie, bref sentir la présente d’Akane à ses côtés.

    Enfin bref, en ce moment donc, le plaisir qu’ils se procuraient l’un l’autre était si bon et intense qu’ils ne pouvaient s’arrêter en si bon chemin. Après un long échauffement destiné à réveiller les sensations les plus enfouies des deux partenaires, l’acte pur et dur pu commencer. Il fut en premier lieu calme et doux afin de ne pas se brusquer ni se blesser inutilement. Lui au-dessous, elle au-dessus, les vas et viens firent bon train ! Tanto droite comme un i, ou comme le sexe du lycéen, tanto cambrée ou recourbée sur le torse de Nanahara, Akane semblait prendre beaucoup de plaisir, au moins autant qu’elle en donnait à son ami. Après quoi, ils se regardent dans les yeux, dévisagèrent leurs corps et s’embrassèrent tout en continuant les ébats. Puis, la jeune femme tenta de mener la danse un peu. Se penchant sur le côté comme pour indiquer qu’elle désirait être au-dessous. Alors Shuya la laissa prendre position, et ce fut entre les longues jambes de la belle qu’il poursuivit son acte. Cette fois, ils ne pouvaient pas dire que les corps n’avaient pas fusionnés car c’était bel et bien le cas. Depuis la pénétration, Shuya eu l’impression de connaitre la belle dans ses moindres détails…

    Le garçon qu’il était, n’avait pas prit pareil plaisir depuis quelques temps. Sa dernière histoire de cœur s’étant mal terminée, il n’accorda plus vraiment d’importance à la drague et à l’obsession de tout ado à trouver une copine histoire d’impressionner les potes, de faire des parties de jambes en l’air à tout va ou simplement pour la frime. Akane l’avait peut-être ressentie bien que ce soit peu probable. Tout comme il est peu probable que cette même Akane soit une experte en la matière. Enfin, Nanahara ne la connaissait pas très bien c’est vrai, mais il pensait de par son comportement de la journée qu’elle n’était pas du genre à se faire tous les garçons qu’elle croise. Quoi que la rapidité des évènements pouvait faire penser le contraire, mais bon dans ce cas lui aussi se retrouvait dans cette situation de prédateur, ce qu’il n’était pas …

    Enfin bref, alors qu’il conduisait l’action. Shuya diversifia l’instant. Tout en continuant l’objectif principal, qu’était de procurer du plaisir à Akane en passant par son intimité, le lycéen prit la décision d’ajouter un petit objectif supplémentaire si l’on puis dire. Il approcha son visage du sein droit de la jeune femme et en titilla le bout du téton afin d’accroitre son plaisir… Tout cela en vue de lui faire atteindre l’orgasme …

    « Akane… »

    Shuya, le visage collé à la poitrine de la jeune femme, releva les yeux et jeta un regard coquin et malicieux vers le visage de cette dernière pour voir comment elle réagissait. Sunao était fébrile, elle jouissait et laissait échapper des cris terriblement excitants…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: il   Mer 4 Aoû - 20:21

C'était comme bouger au rythme d'une musique jazz. Comme nager dans un lagon clair et paisible. Comme être plongé dans un bain de bulles. Comme si un nuage était venu vous soulever. La quintessence de ce moment n'était à échanger pour rien au monde, rien ce que soit. Vous savez, quand il y a des choses qui vous sont tellement bénéfiques que vous ne voulez en voir la fin. C'était pareil. Akane n'avait jamais encore ressenti à ce point ce plaisir inestimablement bon. Elle savait qu'elle devait profiter de ces délices corporels, car ils n'allaient pas durer éternellement, c'était dommage, mais c'était la réalité. La réalité... Ils étaient tous les deux bercés dans ce bonheur langoureux qui n'aspirait qu'à l'éternité, mais il fallait se rendre à l'évidence. Ces deux là ne se connaissaient même pas depuis une semaine, et déjà ils entretenaient des rapports avoisinant plutôt l'amour que la connaissancede l'autre. Même si dans un sens, la seconde partie était vraie. Qu'est-ce qu'il se passerait lorsqu'ils redescendraient sur Terre..? Shuya laisserait-il à peine le temps à Akane de se rhabiller et de filer de sa piaule sans plus jamais lui accorder d'importance ? C'était possible, mais le déroulements des choses, ce qui avait fait qu'ils en était là à présent, changeait la donne, et modifiait donc les conséquences plus couramment vues, dans ce genre d'évènements. Ils avaient tous les deux entamé leur relation, si tant bien est qu'il va y en avoir une, d'une façon peu traditionnelle (et catholique). C'est comme faire une crêpe en commençant par y mettre la garniture. A l'envers. Mais, cela semblait aller pour le moment..

Et la question le plus importante, ne se trouvait pas en celle-ci, il fallait plutôt se concentrer sur autre chose. Sur la chose. Celle qui les avait emportés ailleurs, d'un revers venteux. Plus rien ne pourrait les déranger, l'espace-temps semblait avoir été immobilisé par le sort de la passion commune, et les vibrations échangées devaient surement avoir pour source d'imminentes voluptés physiques. Rien n'existait pour rompre ce charme, rien,... si ce n'est une entrée inopinée et indésirable. Mais le lycée était plutôt tranquille en cette heure avancée, et il n'y avait personne qui trouverait intelligent et intéressant de venir s'aventurer dans une des chambres du fond du couloir. A moins qu'il n'ait en tête de s'occuper à deux, comme Akane et Shuya le faisaient.
D'ailleurs, tous les deux étaient en pleine action de la concrétisation physique de l'amour, c'était d'une simplicité tout à fait normale de découverte. Les gémissements émis par Akane, les murmures essoufflés de Shuya et l'obscurité donnaient à l'atmosphère quelque chose de particulier. Comme si les deux corps, tellement fusionnés, s'allieraient donc pour l'éternité, enfermant leurs détenteurs dans une bulle de bien-être. On savait très bien que cela n'était pas possible et que seuls cette action là, ou les rêves seraient capables de redonner ces impressions si particulières de l'amour physique, de l'échange et de la communication sans paroles.

Akane était en plein océan de douceur, savourant chaque pression exercée sur elle, et tentant de rendre la pareille, afin que le plaisir sensuel de cette onde qui donnerait presque des ailes, soit partagé, et qu'elle ne soit pas la seule à y prendre parti. Il aurait fallu pouvoir rendre ces moments éternels. Mais pour l'instant, Shuya sembla vouloir d'abord les rendre plus intenses, en se courbant le dos et allant tâter avec la langue le bout dur des seins, et des sens, d'Akane, qui ne cacha pas la nouvelle jouissance que cela lui apporta.
C'est ça qui est appréciable chez la fille. Pendant l'acte, elle peut ne pas se limiter qu'à un seul orgasme. Elle peuvent les aligner, comme les choisir, ou même, elle peuvent les provoquer, quand le partenaire convient à cela. Alors que les hommes, eux, n'ont pas vraiment le choix, à moins qu'ils ne soit extrêmement forts, et cela s'est rarement vu. La pluralité de ces vagues de plaisir rendent souvent la femme plus joueuse, et joyeuse, elle vous fait aussi comprendre, à vous, homme, que votre performance est notable. Donc, d'un côté, ça fait rougir les deux, si l'on peut se permettre de dire ça comme ça.

Akane profitait donc de l'invasion de cette volupté sensitive, et voulait la faire connaître à Shuya, en lui enfonçant dans le dos, ses ongles limés. Un certaine douleur en émanerait, mais elle savait qu'il y trouverait plus le plaisir que la sensation de mal. Elle enroula aussi autour des hanches de l'homme, ses fines jambes, en se rendant plus plate, en bas, il serait plus aisé à Shuya de trouver le petit truc pour "exploser" de joie.
Leur quête vers le cocon charnel s'avérait être une réelle réussite. Les caresses et autres douceurs ne terminaient plus. Et que Shuya s'attarde légèrement sur la poitrine durcie de sa belle en explora encore d'avantage. Il devait savoir que les femmes étaient sensibles, particulièrement en cette zone. Il avait fait le bon choix. Et soudainement, il l'appela, comme s'il criait son nom, mais avec moins de décibels. Etait-il proche de la convocation avec Monsieur l'Orgasme ? Elle ne pourrait jamais savoir, à moins que cela se matérialise dans l'immédiat.

Elle réalisa tout à coup, une chose plutôt embarrassante. La pilule, elle ne la prenait pas, ils n'avaient pas mis de préservatif... Aucun moyen de contraception en vue, ni en tête, ni ailleurs.. Elle pensait à ça, tout en caressant les pectoraux de Shuya, ses mains glissant vers les épaules, y descendant, et allant se divertir ailleurs, tout en divertissant le jeune homme. Devait-elle lui parler maintenant et tout gâcher, alors que c'était magnifique, ou attendre, et risquer...?

Puis elle fit tout pour qu'il se retourne et qu'elle prenne le dessus, l'ayant préalablement fait remonter, fait quelques baisers pulpeux dans le cou et près de l'oreille, et en lui faisant entendre sa respiration haletante. Il en revinrent comme au début. Son choix était désormais fait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Mar 10 Aoû - 14:54

    L’escalade fusionnelle du petit couple ne cessait de prendre de l’altitude. Les alpinistes amoureux continuaient de grimper sur l’échelle du désir sans faire de pause. Un jour, ils finiraient bien par atteindre le sommet de la pyramide, alors à ce moment ils pourraient se reposer avant de redescendre progressivement jusqu’à la terre ferme. A présent en orbite, Shuya comme Akane visiblement n’étaient plus reliés à la réalité que par la présence physiques de leurs corps. L’aventure du jour – plus exactement de la soirée – continuait à pas rapide. Voilà plusieurs minutes qu’ils échangeaient un plaisir commun, sans relâche et dans une même position depuis un petit moment. Bientôt peut-être finiraient-ils par changer de sens afin d’en laisser l’un se reposer un peu si l’on puis dire, pendant que l’autre continuerait de plus belle à donner et prendre le plaisir là où il est.

    L’excitation mutuelle les conduisit à aller toujours plus en avant. Nanahara commençait à connaitre le corps de son amie, et réciproquement. Il en avait stimulé plusieurs parties stratégiques tout au long de la partie. Maintenant qu’ils étaient à un niveau bien supérieur et avancée, Shuya commençait à se dire que la fin du jeu se rapprochait doucement. Le plaisir se cristalliserait enfin pour lui, probablement pour elle aussi si ce n’est pas déjà le cas. Alors qu’il s’agitait toujours entre les jambes d’Akane, cette dernière fit un nouvel effort pour changer de position. Las de se faire caresser la poitrine ? Peut-être. Une autre solution voulait qu’elle se sente peut-être en fin de course. Auquel cas, elle aimait peut-être mieux rompre l’action d’elle-même. Le Nanahara n’avait pas encore pensé à comment l’aventure allait se terminer. Se retirer ou non, telle est la question. N’ayant mit de protections, il aimait mieux se retirer tout de même. Disons qu’il ne se sentait pas encore prêt pour prendre le risque de voir d’ici neuf mois un Shuya junior. Akane ne l’était probablement pas non plus, normal d’ailleurs. Leur jeune âge, très jeune âge devait leur permettre de profiter de la vie encore un moment. Non pas que le fait d’avoir un enfant vous coupe définitivement des joies de la vie, mais cela intègre bien plus de responsabilité qu’avant. Fini les beuveries, les aventures d’un soir tout cela… Place à la vie de famille en somme.

    Alors que sa belle se trouvait au-dessus, presque en position dominante, le lycéen senti l’heure de son éjaculation arriver. Il s’écarta, se retira alors, en ayant prévenu Akane avant afin qu’elle ne se sente pas lésée dans la coupure du plaisir. L’échange de plaisir se termina alors. Nanahara se sentait étrangement bien, comme s’il ne souhait plus quitter son amie à cet instant. Qu’avait pensée Sunao de lui… il n’en savait rien et n’y accordait pas vraiment d’importance. Pour lui, le principal était qu’elle soit bien de son côté aussi. Au bout de deux trois minutes, Nanahara enfila son caleçon et resta ainsi vêtu. Il s’asseya à nouveau dans le lit, prêt à accueillir Akane qui souhaiterait sans doute se rhabiller, afin de la prendre dans ses bras et rester à discuter avec elle jusqu’à la fin de la nuit …


[ Petit rp, possiblement confus >< ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   Sam 21 Aoû - 22:11

Le volume de la musique diminuait, la danse ralentissait, la fin arrivait. Ca allait être une fin grandiose, qui ne répondrait sans doute à aucune des petites attentes, elle irait encore plus loin, tellement le spectacle, lui, avait surpassé les envies et espérances.
Ça avait été un moment si intense qu'il était presque douloureux d'en imaginer la fin. Jamais Akane n'avait partagé de sensations si puissantes. Peut-être que c'était leur relation encore très récente, à Shuya et elle, qui forçait l'acte à se développer d'une telle façon. La découverte physique ainsi que mentale de l'autre, la nouveauté pure. Ne pas vraiment savoir ce qu'il aime, ce qui le réchauffe, le refroidit. Tout relevait de l'inconnu, comme une chasse au trésor, on a le chemin indiqué, mais on ne sait pas ce qui s'y trouve, à tel ou tel endroit. S'il s'agissait de chasse au trésor ici, il semblait qu'eux deux étaient parvenus jusqu'à la fameuse croix rouge, sur la carte de l'amour. Cette croix qui souvent se faisait entendre par les respirations saccadées, des gémissement contenus et divers enfoncements.

Akane, toujours au dessus, depuis qu'elle s'y était mise, sentait que la violence des coups de bassins de Shuya en elle, allait bientôt lui offrir quelque chose. Elle sentait ce qui semblait être les dernières vibrations de leurs deux sexes emboîtés qui la chatouillaient, la titillaient. Ca arrivait en elle. Ca allait partir du bas et la traverser de toute part pour s'échapper de son corps par un gémissement qu'elle ne retiendrait pas. Au bout d'une certaine dose, se retenir est plus difficile qu'escalader le Mont Blanc à pieds nus. De plus, elle commençait à avoir un peu mal aux hanches à force de se dandiner pour que les mouvements soient plus souples et donc plus agréables. Elle était cependant certaine que Shuya, de son côté, prenait aussi du plaisir. Elle ne voyait pas en quoi elle devrait être la seule à profiter de cet actes construit à deux.

Son idée fut confirmée, quand soudainement, il la poussa légèrement sur le côté. Sur l'instant même, elle ne comprit pas immédiatement. Mais quand il la prévint qu'il se retirait pour éviter le pire parce qu'il ne pourrait pas retenir ses mini-lui, elle saisit. Comme elle peu avant, il avait du se dire que le fruit de cet amour furtive ne devait se matérialiser autrement que sous forme de gouttes de transpiration. La venue ou juste la nouvelle d'un petit plus en elle, déposé par lui, serait de très mauvaise augure. C'était surement la dernière des bonnes idées, et la première des mauvaises. Tout cela pour dire que finalement, ils avaient pensé à la même chose, et voulaient tous les deux l'éviter.
Quand Shuya s'était retiré, il l'avait mise sur le côté, la laissant savourer les dernières ondes qui couraient encore en elle.. Elle avait fermé les yeux. Car quand vous fermez les yeux, vous saurez que l'on déguste plus longtemps les vagues orgasmiques qui nous chamboulent.

Quand elle rouvrit ses yeux, elle vit qu'il était debout, près du lit, et qu'il remettait son caleçon. Elle ne savait pas ce qu'il avait fait de se semence. À vrai dire, il valait peut-être mieux qu'elle ne sache pas.
Elle remonta le drap sur elle, parce qu'elle se sentait un peu gênée, d'être là, devant lui, nue, offerte. Le drap vint se glisser jusque sous son aisselle, cachant le bout de ses seins et le reste du corps, en fait. Elle regarda Shuya et toute la splendeur de son corps, devant elle. Ce dernier, d'ailleurs, se replaça dans son lit, comme s'il s'attendait à ce qu'elle vienne se réfugier contre lui.

Ce qu'elle fit. Un fois qu'elle était sûre qu'il soit bien installé, elle se redressa légèrement, et alla poser sa tête sur son épaule, puis son index retourna caresser le torse de Shuya. Elley découvrit même un truc intéressant : il avait un grain de beauté placé entre les deux têtons, un peu plus bas. Ca formait presque un petit visage. Elle rigola, intérieurement, et continua à caresser ce drôle de petit visage.
Le silence s'était installé en maître dans la pièce. Elle décida de le briser, quelques peu intimidée.

« Alors... Qu'est-ce...Qu'est-ce qu'on..fait, maintenant..? »


Non, c'est faux, sa gêne ne s'était pas du tout ressentie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nous serons mieux au calme [ PV : Akane | 18+ ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Edward Khan, avant j'étais schizophrène, maintenant nous allons mieux
» Athala + Nous tombons toujours pour mieux apprendre à nous relever ;
» Avant, j'étais schizophrène. Maintenant, nous allons mieux.
» Depuis que je me soigne, nous allons mieux.
» A présent nous serons inséparables !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ARCHIVES :: ARCHIVES & Co :: RP FINIS OU ABANDONNES :: Le lycée-
Sauter vers: